VATICAN - Clôture du Jubilé de la Miséricorde de la part du Pape François et appel à l’ouverture des chemins de l’espérance

lundi, 21 novembre 2016 année de la miséricorde  

Cité du Vatican (Agence Fides) – « Cette Année de la Miséricorde nous a invité à redécouvrir le centre, à revenir à l’essentiel. Ce temps de miséricorde nous appelle à contempler le vrai visage de notre Roi, Celui qui resplendit dans la Pâque, et à redécouvrir le visage jeune et beau de l’Eglise, qui resplendit quand elle est accueillante, libre, fidèle, pauvre en moyens et riche en amour, missionnaire ». Voici un extrait de l’homélie que le Saint-Père François a prononcé le Dimanche 20 novembre, en la Solennité du Christ Roi de l’Univers, au cours de la Messe qu’il a célébré Place Saint-Pierre à l’occasion de la clôture du Jubilé de la Miséricorde. Avec le Pape, ont également concélébré les nouveaux Cardinaux créés dans le cadre du Consistoire de la veille (voir Fides 10/10/2016).
« Aujourd’hui, chers frères et sœurs – a déclaré le Pape François – nous proclamons cette victoire singulière par laquelle Jésus est devenu le Roi des siècles, le Seigneur de l’histoire : par la seule toute-puissance de l’amour, qui est la nature de Dieu, Sa vie même, et qui n’aura jamais de fin. Nous partageons avec joie la beauté d’avoir comme Roi Jésus : Sa domination d’amour transforme le péché en grâce, la mort en résurrection, la peur en confiance. Il serait cependant peu de chose que de croire que Jésus est le Roi de l’Univers et le centre de l’histoire sans Le faire devenir Seigneur de notre vie : tout cela est vain si nous ne L’accueillons pas personnellement et si nous n’accueillons pas également Sa manière de régner ».
Commentant la péricope évangélique de ce Dimanche, le Pape a souligné entre autre que « le peuple saint qui a Jésus pour Roi est appelé à suivre Son chemin d’amour concret » et que « Dieu ne conserve pas la mémoire du péché mais de nous, de chacun d’entre nous (qui sommes NDT) Ses enfants bien-aimés. Et Il croit qu’il est toujours possible de recommencer, de se relever ».
Enfin, le Pape François a exhorté : « Nous demandons la grâce de ne jamais fermer les portes de la réconciliation et du pardon mais de savoir aller au-delà du mal et des divergences, ouvrant tout chemin d’espérance possible. Comme Dieu croit en nous-mêmes, infiniment par-delà nos mérites, de même nous aussi sommes appelés à insuffler l’espérance et à offrir des opportunités aux autres parce que, même si la Porte sainte est fermée, la vraie porte de la miséricorde qu’est le Cœur du Christ, demeure toujours grande ouverte pour nous ». (SL) (Agence Fides 21/11/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network