AMERIQUE/COLOMBIE - Accompagnement impartial et discret du dialogue de paix avec l’ELN de la part de l’Eglise

jeudi, 17 novembre 2016 politique   evêques   groupes armés  
Dialogue de paix avec l'ELN

Dialogue de paix avec l'ELN

Bogotá (Agence Fides) – Le gouvernement colombien, par le biais de la Commission ad hoc créée pour négocier avec l’ELN (armée de libération nationale) a rencontré hier, 16 novembre, les Evêques chargés d’accompagner le processus de dialogue avec ce groupe de guérilla. Le responsable du groupe de négociateurs du gouvernement colombien, Juan Camilo Restrepo, a ensuite indiqué les résultats de la rencontre.
Le premier point a concerné le choix de Quito, capitale de l’Equateur, comme siège du dialogue. Le deuxième point a consisté dans la gratitude exprimée par le gouvernement à l’Eglise catholique pour sa disponibilité à participer. « La Conférence épiscopale colombienne a nommé un groupe d’Evêques dont les sièges se trouvent au sein des zones caractérisées par une plus forte présence de l’ELN. Ces Evêques ont pour mission d’être des sortes d’accompagnateurs impartiaux entre les deux parties qui iront s’asseoir autour de la table de Quito » a déclaré Camilo Restrepo.
De son côté, le Président de la Conférence épiscopale colombienne, S.Exc. Mgr Luis Augusto Castro Quiroga, a déclaré que le rôle de l’Eglise catholique dans les négociations avec l’ELN ne sera pas de médiation mais d’accompagnement : « Nous avons étudié de manière approfondie le type de présence des Evêques nommés en vue des dialogues. Ladite présence a été demandée par l’ELN avec l’approbation du gouvernement (…) Au cours de la réunion, il a été fait référence à l’aide de l’Eglise, laquelle n’est ni de négociation, ni de médiation, ni de facilitation mais se veut une présence discrète à la table de Quito » a déclaré Mgr Castro Quiroga après la rencontre.
Au début du mois d’octobre, le principal responsable de l’ELN avait assuré que le seul objectif de ce groupe était de parvenir à la paix en Colombie. Il avait par suite établi une série de rencontres avec le gouvernement afin de décider comment et quand, avec la condition de rencontres non publiques dans un premier temps. Ensuite, en compagnie du gouvernement colombien, les responsables de l’ELN ont fait part du lancement de la phase de dialogue public pour la fin du mois d’octobre, avec la collaboration d’institutions de la vie publique et politique de Colombie, dont l’Eglise catholique, qui s’était toujours déclarée disponible à cette participation (voir Fides 12 et 25/10/2016). Au cours des prochains jours, sera rendu public l’ordre du jour des rencontres devant ouvrir les dialogues de Quito. (CE) (Agence Fides 17/11/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network