AMERIQUE/VENEZUELA - Témoignage du Directeur du Département de la Communication de la Conférence épiscopale sur le manque de médicaments et de nourriture dans le pays

mercredi, 16 novembre 2016 faim   violence   politique   enfants des rues  
Manque de médicaments et de nourriture au Venezuel

Manque de médicaments et de nourriture au Venezuela

Rome (Agence Fides) – Le Directeur du Département de la Communication de la Conférence épiscopale du Venezuela (CEV), le Père Pedro Pablo Aguilar, a mis en évidence que les vénézuéliens sont « toujours plus pauvres » parce que le pays se trouve dans un état de « crise humanitaire.
Dans un bref entretien avec la presse, à son arrivée à Rome où il accompagne l’Archevêque de Merida, S.Exc. Mgr Baltazar Enrique Porras Cardozo, qui sera créé Cardinal au cours du Consistoire du 19 novembre, le Père Aguilar a indiqué que « chaque jour un ou deux enfants meurent de malnutrition » et que « chaque fin de semaine, environ 200 personnes sont tuées au Venezuela », sachant que, dans le pays, médicaments et nourriture manquent.
A cet égard, il a commenté la remise du prix de la FAO au Venezuela l’an dernier pour avoir divisé par deux le taux des personnes souffrant la faim sur son territoire. Selon lui, il s’agit d’une récompense qui ne correspond par à la réalité : « Au Venezuela, a récemment été remis un prix pour avoir contribué à réduire le taux de pauvreté alors qu’au contraire, il se passe le contraire. Cependant, certaines personnes ont beaucoup d’argent et peut-être ont-elles été capables d’acheter également les consciences » a-t-il déclaré.
Le Père Aguilar a confirmé combien le dialogue est difficile au Venezuela : « Malheureusement, si quelqu’un ne jouit pas de la faveur du gouvernement, alors il devient un ennemi. Ce n’est pas facile à comprendre mais une solution politique est nécessaire afin de résoudre cette situation » a-t-il conclu. (CE) (Agence Fides 16/11/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network