AFRIQUE/RD CONGO - Appel de la société civile du Nord Kivu en faveur du renforcement des casques bleus dans leur lutte contre les groupes armés

jeudi, 10 novembre 2016 groupes armés   onu  

Kinshasa (Agence Fides) - Un attentat ayant visé les casques bleus indiens de la Mission de l’ONU en République démocratique du Congo (MONUSCO) a causé la mort d’une fillette de 7 ans et fait 34 blessés. L’explosion d’un engin artisanal comprenant clous et boulons a eu lieu le 8 novembre à Goma, chef-lieu du Nord Kivu, dans l’est de la RDC.
Parmi les blessés se trouvent deux civils et 32 militaires indiens dont cinq ont été grièvement blessés.
Dans un communiqué envoyé à l’Agence Fides, le CEPADHO, une ONG locale de défense des droits fondamentaux, souligne les ressemblances entre l’attentat de Goma et ceux perpétrés dans la ville de Beni au début de 2014, lorsque l’ADF – groupe de guérilla d’origine ougandaise installé depuis longtemps au Nord Kivu – terrorisait la population en faisant exploser des bombes artisanales.
Le CEPADHO s’adresse à la délégation du Conseil de Sécurité des Nations unies en visite au Nord Kivu en affirmant que « la province du Nord Kivu, tout comme l’ensemble de la région des Grands Lacs, seront en proie au terrorisme tant que l’ONU ne décidera pas d’appuyer la RDC au travers du recours à la force afin de se débarrasser de groupes tels que l’ADF, les FDLR – groupe d’origine rwandaise présent sur zone depuis plus de 20 ans – et leurs alliés ».
Le CEPADHO demande par ailleurs à ce que la délégation du Conseil de Sécurité des Nations unies pousse ce dernier à ajouter d’autres brigades d’intervention rapide à celle déjà déployée au Nord Kivu. L’unité en question a pour mission d’appuyer la MONUSCO dans le cadre des opérations à haute intensité contre les groupes de guérilla présents sur zone. (L.M.) (Agence Fides 10/11/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network