ASIE/LIBAN - Félicitations du Patriarche d’Antioche des Maronites à la veille d’une élection présidentielle au résultat presque annoncé

vendredi, 28 octobre 2016 politique   politique internationale   eglises orientales  

Facebook

Beyrouth (Agence Fides) – Les rues de Beyrouth sont déjà pleines d’affiches et de photographies à l’effigie du Général (2S) Michel Aoun, le responsable du Mouvement patriotique libre qui se prépare à devenir le nouveau Président de la République libanaise. Sauf improbable surprise de dernière minute, le Parlement libanais devrait élire le Général lors du prochain vote pour l’élection du Président, prévu au cours de la séance du 31 octobre à 11.00 locales. « Les préparatifs – indique à l’Agence Fides le Père Rouphael Zgheib, Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires du Liban – sont en cours également à la Baabda, le palais présidentiel qui s’apprête à recevoir un nouveau locataire et où l’on se prépare aussi à accueillir les moyens de communication du monde entier pour le début du nouveau mandat présidentiel. La seule inconnue, avec quelques polémiques résiduelles, est liée à l’ampleur du consensus dont bénéficiera le Général. Il faudra en effet voir s’il sera élu dès le premier tour, dans le cadre duquel sont nécessaires les deux tiers des voix, ou au second tour, lorsque lui suffira la majorité absolue.
L’élection annoncée du Général mettrait fin à plus de deux ans et demi de vacances de la Présidence, due aux veto croisés et aux boycotts réciproques des coalitions qui dominaient la scène politique libanaise. La fin de la paralysie est due à la convergence transversale autour de la candidature du Général des partis maronites, chiites et sunnites les plus influents. Le responsable du Mouvement patriotique libre, principal parti politique maronite, sera appuyé par les maronites du parti anciennement rival des Forces libanaises, par les chiites du Hezbollah et par les sunnites du mouvement Avenir de Saad Hariri.
Le soutien accordé par ce dernier parti – formation sunnite en contact avec l’Arabie Saoudite – à son ancien adversaire politique, le Général (2S) Aoun, a déplacé l’aiguille de la balance, ouvrant la voie à la fin de la paralysie institutionnelle libanaise. Demeurent opposés au « grand compromis » des partis mineurs tels que la formation chiite Amal – à laquelle appartient le Président du Parlement, Nabih Berri – et le parti maronite Marada, dont fait partie Suleiman Franjieh, lui aussi candidat à la Présidence de la République.
Le délicat système politique libanais prévoit que le poste de Chef de l’Etat doit revenir à un chrétien maronite. Au plan géopolitique, l’élection désormais imminente du Général est vue comme un signal de la perte d’influence de l’Arabie saoudite au Proche-Orient.
Au cours de la soirée d’hier, à l’occasion d’une réception organisée au Casino du Liban par le Centre catholique d’information, le Patriarche d’Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Bechara Rai, a exprimé ses félicitations pour la prochaine élection d’un « Président fort ». Le Patriarche a également eu des paroles d’éloge à l’égard de l’ancien Premier Ministre, Saad Hariri, soulignant que le choix fait par ce dernier a sauvé le Liban du risque de tomber dans un gouffre. « Le Cardinal – explique à l’Agence Fides le Père Rouphael Zgheib – a toujours insisté sur l’urgence de mettre fin à la vacance de la Présidence, qui qu’ait été le candidat en mesure de recueillir les suffrages nécessaires, dans la mesure où il s’agissait de la seule solution pour faire sortir l’ensemble des institutions de la paralysie et recommencer à fonctionner selon ce qui est prévu par la Constitution ». (GV) (Agence Fides 28/10/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network