ASIE/PAKISTAN - Cas de présumé blasphème résolu grâce aux responsables politiques et religieux

jeudi, 27 octobre 2016 blasphème   islam   minorités religieuses   violence  

p.a.

Quetta (Agence Fides) – Les responsables chrétiens et islamiques intervenus pour résoudre un cas de présumé blasphème à Quetta, en province du Béloutchistan (Pakistan) au détriment de deux chrétiens ont joué un rôle décisif. Ainsi que l’indique à Fides le Père Renald Remindran, missionnaire des Oblats de Marie Immaculée à Quetta, un jeune chrétien de 9 ans nommé Izhan et sa mère, Shakeela Kauser, infirmière à l’hôpital civil de Quetta et mère de trois enfants, avaient été arrêtés et interrogés sous l’accusation de blasphème. Ils étaient en effet accusés d’avoir brûlé des pages du coran le 20 octobre.
Après le dépôt d’une plainte, la police avait procédé à leur arrestation. Entre temps, des responsables chrétiens locaux ont impliqué les chefs de l’organisation Jamiat Ulema-e-Islam (Jui), lesquels ont joué un rôle fondamental pour disculper complètement les deux personnes en question. La question a été résolue le 21 octobre et les accusations de blasphème ont été déclarées nulles.
« Nous sommes heureux de la conclusion de cette affaire qui est significative. En province du Béloutchistan, personne n’a jusqu’ici été accusé et condamné pour blasphème » indique le Père Remindran à Fides. Dans une note envoyée à Fides, le Président de la Pakistan Minorities Teachers’ Association, Anjum James Paul, a déclaré apprécier le rôle joué par les responsables politiques et religieux, musulmans et chrétiens, afin de parvenir à la vérité et d’éviter tout conflit entre les deux communautés. (PA) (Agence Fides 27/10/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network