AMERIQUE/HAITI - Augmentation des risques d’exploitation et d’abus sur les femmes et les enfants après le passage de l’ouragan

mardi, 25 octobre 2016 catastrophes naturelles  

Benjamen Benson

Port-au-Prince (Agence Fides) – Femmes et enfants d’Haïti sont en fort danger d’exploitation sexuelle et de trafic après le passage de l’ouragan. Selon les agences humanitaires, depuis le 4 octobre dernier, des milliers de femmes et d’enfants ont été contraints à migrer en direction des villes et de la capitale, Port-au-Prince, à la recherche de nourriture et d’un abri. Environ 1,5 millions de personnes ont perdu leurs maisons et leurs moyens de subsistance. Actuellement, dans l’ensemble du pays, vivent 800.000 personnes qui courent un risque majeur d’être exploitées. Avant même le passage de la tempête, le travail des mineurs constituait un problème à Haïti. Selon un rapport de 2015 de l’Institut pour le travail et la recherche sociale (FAFO), environ 207.000 enfants étaient contraints à des travaux domestiques. Afin de chercher à bloquer le trafic d’enfants, l’organisation caritative World Vision veut créer 30 centres permettant de leur fournir une assistance psychologique et de protéger ceux qui sont séparés de leurs familles ou qui les ont perdues. L’UNICEF estime que 125.000 enfants ont besoin d’être protégés de la violence, de l’exploitation et des abus. La reconstruction des écoles détruites et le regroupement des enfants avec leurs familles constituent la clef de la prévention de ce phénomène. Environ 175.000 personnes déracinées à cause des inondations et des glissements de terrain vivent dans plus de 200 refuges temporaires, où les femmes et les jeunes filles risquent d’être victimes de violences sexuelles. (AP) (Agence Fides 25/10/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network