ASIE/IRAQ - Commentaires d’ONG en rapport avec la bataille de Mossoul

lundi, 24 octobre 2016 guerres   islam   société civile   droits fondamentaux  

Caritas

Ninive (Agence Fides) – Alors que les miliciens kurdes se trouvent désormais aux portes de Mossoul et que le prétendu « Etat islamique » prépare sa dernière résistance dans la deuxième ville irakienne, les arrivées d’évacués se poursuivent dans les camps installés dans les zones méridionales du gouvernorat de Ninive, sur les arrières du front.
Après une première vague de plus de 5.600 personnes, « le nombre est destiné à s’accroître avec l’approche des combats des zones urbaines » indique à Fides une note de l’organisation humanitaire Intersos, engagée en première ligne dans les zones de Ninive et Salah Ed-Din, les plus proches de la bataille. Selon les estimations des Nations unies, jusqu’à 1,5 millions de personnes seront impliquées dans le conflit et on est dans l’attente d’un million de personnes fuyant la ville et les zones environnantes.
« Sur zones existent actuellement sept camps actifs et quatre en construction alors qu’un autre est en phase de préparation. Viendront s’y ajouter 14 sites d’urgence pour une capacité d’accueil qui passera des 60.000 places actuelles à 417.000 » indique Intersos.
Les ONG demandent à toutes les parties au conflit « le respect de la Convention de Genève afin que soit assurée la sécurité des civils et qu’il leur soit permis de quitter la ville et d’accéder aux aides humanitaires ».
Intersos a préparé des équipes mobiles de médecins et d’infirmiers en vue d’une première assistance sanitaire. Le personnel médical, déployé dans les corridors de fuite, garantit des soins d’urgence et des interventions salvatrices. Il est prévu qu’il traitera plus de 50.000 personnes, prêtant une attention particulière aux plus vulnérables comme les femmes enceintes et les enfants. En soutien de l’enfance, seront en outre promues des activités éducatives d’urgence, à l’intérieur des camps qui accueillent les évacués, créant des espaces à mesure d’enfant, où fournir une assistance psychosociale, de formation et récréative aux mineurs.
Les strates les plus vulnérables de la population, telles que les femmes, les personnes âgées et les mineurs, sont soutenues au travers de la distribution de biens de première nécessité de la part de différentes organisations humanitaires qui pourvoient également à contrôler la violation des droits fondamentaux, à la protection et à l’assistance légale. (PA) (Agence Fides 24/10/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network