AMERIQUE/MEXIQUE - Disparition ou assassinat de plus de 175 femmes en trois ans

mardi, 18 octobre 2016 droits fondamentaux   violence   femmes  
Plus de 175 femmes disparues ou assassinées en tro

Plus de 175 femmes disparues ou assassinées en trois ans

San Luis Potosi (Agence Fides) – Les derniers cas en date ont suscité la réaction d’une association de défense des droits des femmes ainsi que l’intervention de l’Archevêque de San Luis Potosi, S.Exc. Mgr Jesús Carlos Cabrero Romero. Au cours de la seule semaine dernière en effet, ont été signalés trois cas de disparition de femmes. L’une d’entre elle a été retrouvée morte sur l’autoroute n° 57, la deuxième a été tuée par son mari alors que l’on est encore sans nouvelles de Cinthia Paola Castro Rodriguez.
Mgr Cabrero Romero a accusé les autorités de désinformation en ce qui concerne ces cas, ce qui démontre un manque de coordination et d’intérêt de leur part en ce qui concerne le déroulement de l’enquête, a déclaré l’Archevêque Dimanche dernier, au terme de la Messe. « Si des plaintes et des manifestations ont lieu de la part des parents de ces femmes, cela veut dire que la chose est réelle, qu’il s’agit de véritables cas, qu’ils soient ou non repris par la presse écrite et par les autres moyens de communication. Ce n’est pas là une référence. Ces cas existent et il s’agit de cas réels » a réaffirmé Mgr Cabrero Romero.
En partie, la confusion peut provenir des commentaires faits sur les réseaux sociaux mais elle n’exempte pas pour autant les autorités de leur obligation de mener des enquêtes approfondies sur ces cas, a-t-il poursuivi, concluant en ces termes : « En tant qu’Eglise, nous accueillons les larmes des membres des familles et le désespoir de ceux qui ne retrouvent plus un parent ou un membre de sa famille. La femme est partie essentielle de la vie de la famille et de la société. Par nature, elle est celle qui génère la vie. Nous devons la respecter ».
A San Luis Potosi, selon des données recueillies par Fides, le nombre total des femmes disparues ou victimes d’actes liés à la violence liée au sexe de la victime n’est pas connu. Toutefois, selon les informations rendues publiques par la Commission étatique des droits fondamentaux, en novembre 2015, plus de 175 femmes avaient disparu ou avaient été tuées au cours des trois années précédentes.
Une association locale pour la défense des femmes a demandé à ce que soient menées des enquêtes approfondies sur les cas en question dans la mesure où, très souvent, il s’agit de « recrutement de jeunes femmes qui se refusent d’entrer dans les réseaux criminels ou dans la traite et qui sont ensuite tuées ». (CE) (Agence Fides18/10/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network