AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Risque de famine après le blocage des aides et fuite de population en direction du Soudan

samedi, 15 octobre 2016

Pan American Health Organization-PAHO Pan American Health

Bar el Gazal (Agence Fides) – Le Soudan du Sud connaît l’une des crises humanitaires les plus graves du monde. Entre 4 et 5 millions de personnes risquent de mourir si elles ne reçoivent pas d’aides alimentaires. L’alarme a été lancée par le Programme alimentaire mondial. La situation d’urgence touche en particulier 60% de la population du gouvernorat sud-soudanais de Bar el Gazal du Nord. On craint qu’un tiers des enfants de la région ne soient gravement malnutris et que d’autres enfants puissent mourir si les ressources devaient continuer à diminuer. Les organisations d’aides ne savent à qui s’adresser pour pouvoir intervenir parce qu’elles se trouvent souvent face à une multitude d’intermédiaires du gouvernement, de l’opposition ou des milices régionales.
Selon les informations parvenues à Fides, sur les routes poussiéreuses d’Aweil, les tomates, les oignons et les pastèques abondent mais personne ne peut se permettre de les acheter attendu que les prix sont dix fois supérieurs à ceux de l’an passé. Bien que le Président, Salva Kiir, et son gouvernement aient garanti l’accès à cette région comme à d’autres, les autorités restreignent les aides humanitaires et se montrent hostiles envers la communauté internationale pour son engagement ciblé visant à contenir les combats et à protéger les civils. Paradoxalement, au milieu de la guerre civile, de nombreux sud-soudanais ont fui en direction du Soudan voisin avec lequel ils ont été en lutte jusqu’en 2011, année de l’indépendance du Soudan du Sud. Les Nations unies estiment que, cette année, au moins 50.000 sud-soudanais se sont réfugiés au Soudan. (AP) (Agence Fides 15/10/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network