EUROPE/ESPAGNE - Haurkizuna, une organisation visant à aider l’enfance vulnérable en Equateur

jeudi, 13 octobre 2016 mineurs  

Internet

Toulouse (Agence Fides) - La fondation Haurkizuna, composée de personnes de Toulouse et de Mundaka, soutiendra des projets solidaires dans la zone de Santo Domingo de los Tsáchilas, en Equateur. La fondation est une association sans but lucratif qui s’intègre avec la Fondation Calasanz déjà présente dans le pays d’Amérique latine. L’objectif commun des deux organisations est d’approuver des projets concrets qui établissent des aides directes permettant d’offrir une alternative de vie à l’enfance sans défense, en accueillant les enfants et en leur offrant une éducation intégrale. Santo Domingo de los Tsáchilas est proche de la Colombie. Il s’agit d’une ville jeune, s’étant développée illégalement et de manière disproportionnée, au sein de laquelle vivent 500.000 personnes. L’exploitation des mineurs, les enfants abandonnés, les femmes maltraitées, le trafic d’organes, de drogue et la prostitution y font partie du paysage. C’est dans ce territoire particulièrement difficile que la Communauté des Pères des écoles chrétiennes (Scolopi), en compagnie d’un groupe de laïcs, dirige un projet intégré composé de deux écoles, d’un dispensaire médical, d’une maison d’accueil pour les enfants des rues, d’une Paroisse et de programmes de lutte contre la mendicité et le travail des mineurs. L’objectif du projet est d’accorder une attention intégrale aux enfants disposant de peu de ressources, et à ceux qui ont subi des violations de leurs droits. Le Foyer d’accueil constitue le fleuron du projet. Il est dédié au soin institutionnel des enfants qui se trouvent dans un état d’abandon absolu, sans famille ni maison. Il s’agit d’un centre d’accueil institutionnel destiné à des mineurs dont les parents, par ordre du tribunal, ont été privés de leur autorité parentale en tant qu’accusés de violences. Au centre, travaillent des psychologues, des médecins, des avocats et des opérateurs sociaux. N’y sont accueillis que des enfants récupérables, ce qui en exclue les délinquants, les toxicomanes et les membres de bandes criminelles. (AP) (Agence Fides13/10/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network