AFRIQUE/AFRIQUE DU SUD - Prise de position du responsable du Bureau de liaison parlementaire catholique de la Southern Africa Catholic Bishops' Conference en faveur d’un engagement des catholiques contre la criminalité et la violence

lundi, 10 octobre 2016 criminalité  

Johannesburg (Agence Fides) – « Les dernières statistiques sur la criminalité en Afrique du Sud décrivent une tendance alarmante à la hausse du nombre des crimes violents et par suite, en tant que catholiques, nous sommes appelés à participer activement aux activités visant à réduire la violence au sein de nos communautés » a affirmé le Père Peter-John Pearson, responsable du Bureau de liaison parlementaire catholique (CPLO) de la Southern Africa Catholic Bishops' Conference.
Les statistiques récemment publiées par la police sud-africaine démontrent que, d’avril 2015 à mars 2016, trois des quatre catégories principales de crimes ont diminué mais que les crimes violents (homicides, assauts violents, violences sexuelles et vols aggravés) ont augmenté.
Le Père Pearson offre quelques exemples de la manière dont les fidèles peuvent s’engager : de la participation à un forum anti-crime local, à des rondes de contrôle du voisinage ou à un comité de quartier, en passant par l’adhésion à des campagnes nationales comme Crime Stop etc.
Le prêtre exhorte les fidèles à boycotter l’acquisition de marchandises volées ou de provenance douteuse ainsi que la drogue. « Ne faites pas le jeu des criminels en créant un marché pour leurs produits et leurs services illégaux. En plusieurs cas, quelqu’un a été blessé ou a même perdu la vie dans le cadre du processus ayant porté ces produits devant votre porte ».
Selon le Père Pearson, les crimes les plus alarmants sont ceux commis par des organisations criminelles et il a invoqué pour cela un renforcement du service de renseignement de la police « afin d’identifier, d’infiltrer et de neutraliser les organisations responsables de crimes tels que les vols et les enlèvements ».
Le prêtre rappelle enfin que, dans les futurs rapports sur les crimes, les violences sexuelles devraient être cataloguées comme un crime à part. En effet, bien que les statistiques enregistrent une diminution présumée des viols dans sept provinces, seuls 46% des victimes a déposé plainte… (L.M.) (Agence Fides 10/10/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network