AMERIQUE/HAITI - Les handicapés, personnes les plus vulnérables après le passage de l’ouragan

lundi, 10 octobre 2016 catastrophes naturelles  

CBM_Italia

Port-au-Prince (Agence Fides) – Haïti connaît une situation d’urgence humanitaire, la plus grâce depuis le séisme de 2010. L’ouragan Matthew, qui s’est abattu le 4 octobre dernier sur l’île au travers de pluies torrentielles et de rafales de vent, a dévasté le pays, provoquant pour l’heure 840 morts, un nombre qui continue à augmenter d’heure en heure. Selon le Bureau des Nations unies pour les Affaires humanitaires, 350.000 personnes auraient besoin d’assistance et 1,3 millions auraient dû évacuer leurs domiciles. « Dans les situations d’urgence, le taux de mortalité des personnes handicapées est le double de celui du reste de la population » indique à Fides la CBM Italie onlus, une organisation italienne sans but lucratif. « Les personnes handicapées au cours des catastrophes naturelles sont les plus vulnérables – a indiqué Massimo Maggio, Directeur de CBM Italie. Leur première difficulté consiste à réussir à se mettre à l’abri. La destruction d’un jour à l’autre des réseaux de soutien, la perte ou la compromission de leurs propres dispositifs d’assistance, comme la plus grande difficulté à trouver des biens de première nécessité ou à accéder aux aides rendent nécessaire une intervention dans les meilleurs délais afin que personne ne soit laisser en arrière ».
Actuellement, CBM soutient plus de 20 projets et partenaires à Haïti, dont trois dans les zones touchées mais pour l’heure personne n’a heureusement été impliqué. Le directeur du bureau régional de CBM pour l’Amérique latine confirme la gravité de la situation à Haïti, surtout à Port-au-Prince, où de nombreux enfants handicapés et leurs familles cherchent actuellement refuge. Dans la partie centrale du pays, de nombreuses écoles ont été gravement endommagées et celles demeurées en bon état sont utilisées comme refuges temporaires. Trois écoles de CBM accueillant des enfants handicapés ont subi de graves dommages : l’Arche Chantal, qui accueille 20 enfants handicapés, la Simon School pour enfants sourds et la SHAA School destinée à des élèves ayant des troubles de la vue. Les élèves ont été placés dans des refuges temporaires et ont besoin de biens de première nécessité tels que de l’eau, de la nourriture et des vêtements. On estime à quelques 100 personnes le nombre d’handicapés ayant besoin d’un support immédiat dans la zone. (AP) (Agence Fides 10/10/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network