ASIE/INDONESIE - Engagement des structures catholiques de l’île de Flores en faveur du soin et de la prévention du paludisme

lundi, 10 octobre 2016 maladies  

cesar bojorquez

Maumere (Agence Fides) – « L’Indonésie est l’un des pays ayant le plus fort taux de cas de paludisme. En 2015, ce ratio était de 5 pour mille, ce qui signifie que cinq personnes sur mille étaient positives au virus » raconte à Fides le Père Luigi Galvani, MI. « Dans le pays, les cas de paludisme sont toujours plus nombreux et la pandémie continue à représenter une menace pour l’ensemble de la population. Au cours de ces dernières années, le paludisme a constitué l’une des dix maladies cause de mort qui a frappé surtout les femmes enceintes et les enfants. Pour faire face à ce fléau – continue le Père Galvani – le gouvernement, avec l’aide de l’ONG Fond Global en a fait l’une des priorités de son programme sanitaire, étendant l’invitation de collaborer à des organisations privées et religieuses. La réponse de l’Eglise catholique dans le pays a été positive. En effet, actuellement, 121 institutions sanitaires catholiques et 112 petits centres sanitaires (dispensaires) sont engagés dans ce programme de prévention et de soin de la maladie. Au sein du Diocèse de Maumere, dans l’île de Flores, l’Evêque a confié aux Missionnaires camilliens la charge de coordonner ce programme. Périodiquement, avec la collaboration d’infirmières et de médecins, sont organisés des séminaires dans les différents villages, dans le cadre desquels est effectuée une œuvre de prévention, au travers d’enseignements relatifs à l’usage des moustiquaires, des insecticides et aux modalités d’une hygiène personnelle et du milieu familial appropriée. En ce qui concerne les soins, les opérateurs recommandent aux patients de se rendre à temps dans les hôpitaux ou les centres sanitaires locaux. Les résultats sont encourageants et contribuent à l’identification des zones les plus exposées outre à une plus grande prise de conscience de la population en matière de santé et de défense de la vie » conclut le missionnaire camillien. (AP/LG) (Agence Fides 10/10/2016)



Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network