ASIE/MALAISIE - Message du Président de la Commission pour la Pastorale des Migrants et des personnes en déplacement de la Conférence épiscopale de Malaisie, Singapour et Brunei pour la Journée pour les migrants

vendredi, 23 septembre 2016 année de la miséricorde   migrants  

Kuala Lumpur (Agence Fides) – Miséricorde et inclusion constituent les coordonnées fondamentales enseignées par l’Evangile à tout chrétien qui entre en relation avec les immigrés. C’est ce qu’affirme le Message du Président de la Commission pour la Pastorale des Migrants et des personnes en déplacement de la Conférence épiscopale de Malaisie, Singapour et Brunei, S.Exc. Mgr Bernard Paul, Evêque de Melaka-Johor (Malaisie), diffusé à l’occasion de la Journée pour les migrants qui est célébrée le 25 septembre au sein de cette Eglise locale.
Le texte, envoyé à l’Agence Fides, indique que « l’économie malaise est fortement dépendante du travail des immigrés » qui, selon les données officielles, sont 6,7 millions dans le pays dont plus de 4 millions en situation irrégulière. « Seuls quelques-uns sont disposés à parler des bénédictions dont les travailleurs immigrés et les réfugiés sont porteurs pour notre vie, notre économie, nos entreprises. Leur présence se fait également sentir dans les constructions, dans la production, dans l’agriculture, dans les plantations et dans le tertiaire » relève le Message.
« Pouvons-nous ignorer leur contribution ? Pouvons-nous tourner le dos, sans aucune reconnaissance ? Aurons-nous le courage d’admettre qu’ils sont nos nouveaux voisins ? Les migrants et les réfugiés sont nos nouveaux amis et voisins dans un monde marqué par la mondialisation et la mobilité » observe l’Evêque, en rappelant que, « lorsque nos enfants émigrent en terres étrangères, nous désirons pour eux l’inclusion, le respect et la bienveillance. Cherchons par suite à en faire autant ». L’Evêque souhaite que « les Paroisses deviennent des centres d’intégration » et qu’elles s’activent pour construire « une communauté de migrants » en partant de la question évangélique : « Qui est mon prochain ? ».
Le texte se conclut par un appel à tous les hommes de bonne volonté à « se laisser ébranler par la miséricorde de Dieu » et à avoir « l’attitude évangélique du Samaritain envers ces nouveaux voisins, qui sont au milieu de nous pour construire le Royaume de Dieu ». (PA) (Agence Fides 23/09/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network