ASIE/INDE - Augmentation de la violence et engagement de l’Eglise en faveur du développement des dalits

jeudi, 22 septembre 2016 violence   justice   paix   dalit   discrimination   droits fondamentaux   minorités religieuses   développement  

Facebook

New Delhi (Agence Fides) – Les violences à l’encontre des dalits – connus aussi sous le nom de hors castes ou d’intouchables – en Inde ont augmenté au cours de ces dernières années, ainsi que le reconnaissent les données officielles fournies par le National Crime Record Board (NCRB), illustrées ces jours derniers dans le cadre d’une rencontre publique organisée à Delhi par la Bharatiya Khet Mazdoor Union Federation (BKMUF) unissant différentes organisations de dalist indiens, réunion tenue en présence de plus de 7.000 dalits provenant de tout le pays.
« Il s’agit d’une donnée préoccupante : depuis que le Baratiya Janata Party du Premier Ministre, Narendra Modi, est au gouvernement fédéral, les atrocités à l’encontre des dalits ont augmenté » confirme à Fides le Père A. Xavier John Bosco SI, Directeur du Jesuit Social Centre ayant son siège à Secunderabad (Andhra Pradesh), qui est intervenu à la manifestation de Delhi, à laquelle participaient de nombreux groupes chrétiens. « Il est urgent d’effectuer une campagne massive dans tout le pays à propos de la délicate question des dalits » indique le Père Bosco.
Interpellé par l’Agence Fides, le Secrétaire général de la Conférence épiscopale indienne, S.Exc. Mgr Theodore Mascarenhas, affirme : « L’Eglise a toujours prêté attention aux dalits et aux populations tribales et ce que fait l’Eglise pour les dalits en matière d’instruction, d’assistance sociale, de développement et de promotion n’est pas fait même par le gouvernement. Il existe une Commission ad hoc des Evêques qui s’occupe de leur promotion sociale et lutte contre les discriminations. Certes, il faut lutter contre une mentalité diffuse qui les discrimine. En outre, nous demandons à ce que les dalits chrétiens, pénalisés par l’Ordonnance présidentielle de 1950, aient les mêmes droits que ceux dont jouissent les dalits non chrétiens ».
Selon les données diffusées, en 2015, les Etats ayant enregistré les taux de violence les plus élevés – comprenant l’homicide et le viol de femmes dalits – sont le Gujarat (6.655 cas), le Chhattisgarh (3.008 cas) et le Rajasthan (7.144 cas).
Les dalits sont souvent victimes d’expropriation arbitraire et illégitime des terrains les plus fertiles. Selon les résultats du recensement socioéconomique de 2011, ceci a eu lieu dans le cas de près de 73% des familles dalits vivant dans les zones rurales. Environ 45% des familles dalits et tribales sont sans terre ou privées d’une part importante de leur revenu de subsistance. De telles inégalités provoquent pauvreté, malnutrition, problèmes de santé, analphabétisme et indicateurs de développement humain bas.
Au cours de la manifestation de Delhi, les participants ont demandé au gouvernement d’adopter des mesures efficaces afin de limiter les atrocités commises à l’encontre des dalits en Inde. Parmi les autres requêtes soulevées se trouvent l’interdiction des groupes violents attaquant les dalits, l’octroi de travail et de contrats de travail, la distribution de terrains à tous les sans terre et la mise en place de lois contre la discrimination au sein des instituts d’enseignement. (PA-SD) (Agence Fides 22/09/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
violence


justice


paix


dalit


discrimination


droits fondamentaux


minorités religieuses


développement