ASIE/NEPAL - Faible réactivité gouvernementale dans la lutte contre les mariages précoces

samedi, 17 septembre 2016 mineurs  

Anna

Katmandu (Agence Fides) – Le mariage précoce continue à porter préjudice à la croissance et au développement des fillettes au Népal où peu nombreuses sont les actions gouvernementales visant à l’éradiquer ou à limiter ses effets néfastes. Le phénomène est illégal dans le pays depuis 1963, signale l’ONG Human Rights Watch, mais 37% des jeunes qui contractent mariage ont moins de 18 ans – dont 11% de garçons – et 10% se marient avant même l’âge de 15 ans. Il faut noter que la limite d’âge concernant le mariage imposée par la législation népalaise est de 20 ans.
Le Népal se trouve au troisième rang en Asie en ce qui concerne les mariages précoces qui constituent désormais un mécanisme de survie des familles. En effet, parmi les facteurs principaux causant le phénomène se trouvent la pauvreté, le défaut d’accès à l’instruction, le travail des mineurs et des pressions sociales. En 2014, le gouvernement du Népal s’était engagé à lancer un Plan national prévoyant l’éradication du phénomène pour 2020, mais l’objectif a ensuite été reporté à 2030 du fait du manque d’actions concrètes. HRW a dénoncé le manque de stratégies concrètes dans le cadre d’un plan d’action assurant le bien-être des fillettes du Népal, la police n’intervenant encore que dans de rares cas. Actuellement le gouvernement travaille, en compagnie d’ONG et de l’ONU, à une Stratégie nationale pour l’éradication du mariage infantile, partie intégrante du Plan d’action national du pays. (AP) (Agence Fides 17/09/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network