AFRIQUE/GABON - Réactions de l’Evêque de Port-Gentil à l’appel du Pape pour le Gabon

mercredi, 14 septembre 2016 evêques   politique  

Libreville (Agence Fides) – « L’appel du Saint-Père pour le Gabon a été accueilli avec grande joie par la population » indique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Euzébius Chinekezy Ogbonna Managwu, Evêque de Port-Gentil, qui se trouve à Rome dans le cadre du Séminaire d’Etudes pour les Evêques nouvellement nommés dans les territoires de mission promu par la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples (voir Fides 02/09/2016).
« J’ai reçu différents appels du Gabon de la part de personnes enthousiasmées par l’intervention du Pape François. Elles me disent : « Le Pape prie pour nous, nous ne nous sentons pas abandonnés ». Il s’agit d’un fort encouragement pour nous tous à continuer à prier pour notre pays et à ne pas perdre l’espoir en un avenir meilleur » déclare l’Evêque.
Après l’Angelus du Dimanche 11 septembre, le Pape François avait en effet affirmé : « Chers frères et sœurs, je voudrais inviter à une prière spéciale pour le Gabon, qui traverse actuellement un moment de grave crise politique. Je confie au Seigneur les victimes des affrontements et leurs familles. Je m’associe aux Evêques de ce cher pays d’Afrique pour inviter les parties à rejeter toute violence et à avoir toujours comme objectif le bien commun. J’encourage tout un chacun, en particulier les catholiques, à être des artisans de paix dans le respect de la légalité, dans le dialogue et dans la fraternité ».
Après le message du 2 septembre signé par S.Exc. Mgr Basile Mve Engone, Archevêque de Libreville (voir Fides 06/09/2016), les Evêques ont lancé, le 10 septembre, un nouvel appel au calme et à la prière, tout en demandant dans le même temps à tous les responsables politiques de « faire tout ce qui est en leur pouvoir pour que la vérité sortie des urnes et objectivement vérifiable, soit respectée par tous. Sera ainsi évité le déchaînement de la violence s’accompagnant de pertes en vies humaines et de destructions de biens, publics et privés. Sans ce respect, à quoi sert-il d’organiser des élections et d’y participer ? ».
« Pour le moment, la situation est calme mais tendue dans l’attente de la décision de la Cour constitutionnelle relative à la confirmation ou non de la victoire du Président sortant, Ali Bongo Ondimba, sur son adversaire, Jean Ping, dans le cadre des élections du 27 août » déclare à Fides Mgr Managwu.
Au plan économique, le Gabon, l’un des plus grands producteurs de pétrole d’Afrique, souffre des conséquences de la forte baisse des prix du baril. « Mon Diocèse, Port-Gentil, constitue la capitale économique du pays – déclare Mgr Managwu – et pourtant une bonne partie de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. L’Etat effectue actuellement des coupes au sein de l’administration à cause de la réduction des entrées pétrolières. Je dis aux jeunes : retournez à la terre, au moins, nous aurons de quoi manger. En effet, le Gabon dispose de beaucoup de terrains fertiles abandonnés parce que l’on a préféré importer des denrées alimentaires lorsque le prix du pétrole était élevé. Maintenant, en revanche, nous devons apprendre à devenir autosuffisants au niveau de la production alimentaire ». (L.M.) (Agence Fides 14/09/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network