AFRIQUE/RD CONGO - Annonce de la participation de la Conférence épiscopale au dialogue national « mais dans le respect de la Constitution »

mercredi, 7 septembre 2016 politique   evêques  

Kinshasa (Agence Fides) – Les Evêques participeront au dialogue national pour faire sortir la République démocratique du Congo de l’impasse politique, à condition que soit respectée la Constitution. C’est ce qu’affirme un communiqué parvenu à l’Agence Fides et portant la signature de S.Exc. Mgr Marcel Utembi Tapa, Archevêque de Kisangani et Président de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO).
Le message prend acte du fait que le gouvernement a accompli des « gestes encourageants », tels que la libération de « certains prisonniers politiques et la réouverture de certains moyens de communication ». « La CENCO souhaite ardemment voir ces mesures de grâce s’étendre également à d’autres personnes se trouvant dans les mêmes conditions que celle qui sont libérées – poursuit le Message, qui souligne estimer « qu’un dialogue incluant les grandes familles politiques de l’opposition donnerait plus de chance au pays d’aboutir à la résolution de la crise actuelle de manière consensuelle et durable ».
Le 10 août, les Evêques avaient rencontré le facilitateur du dialogue, le togolais Edem Kodjo, proposant leur appui au groupe de facilitation du dialogue politique national visant à sortir de l’impasse constatée lors du lancement de ce même dialogue. Le dialogue était en effet bloqué sur deux points clefs : la personnalité même du facilitateur, récusé par le rassemblement de l’opposition mais accepté par la majorité présidentielle, et les mesures relatives à l’apaisement du climat politique (libération des prisonniers politiques, cessation des procédures judiciaires entreprises contre des membres de l’opposition tels que Moïse Katumbi et réouverture des moyens de communication fermés sur ordre du gouvernement).
Les Evêques s’étaient engagés à chercher à porter à la table des négociations les plus importants représentants de l’opposition, d’Etienne Tshisekedi aux groupes rassemblés sous la dénomination de Le Rassemblement. Cependant, Edem Kodjo avait entamé le dialogue sans attendre le terme des négociations, suscitant ainsi les réactions négatives de l’Eglise (voir Fides 02/09/2016). (L.M.) (Agence Fides 07/09/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network