OCEANIE/AUSTRALIE - Appel du Président du Conseil pour la Justice sociale de la Conférence épiscopale en faveur de la construction de la solidarité entre les générations

mardi, 6 septembre 2016 personnes âgées   jeunes   solidarité   justice  

Sydney (Agence Fides) – Attendue que l’espérance de vie s’est accrue, il faut construire « une nation juste et compatissante, qui vive la solidarité de manière à favoriser cette dernière entre toutes les générations ». C’est ce qu’a déclaré S.Exc. Mgr Antoine-Charbel Tarabay, responsable du Conseil pour la Justice sociale de la Conférence épiscopale australienne, en illustrant le programme des Evêques australiens pour l’année sociale 2016-2017 en matière de justice sociale intitulé « Une place à table, la justice sociale dans une société qui vieillit ».
Ainsi que l’indique une note envoyée à Fides par la Conférence épiscopale, « l’Australie doit protéger les personnes âgées et vulnérables du risque de se considérer comme un poids pour la société ». Les Evêques mettent en évidence l’importante contribution que les personnes âgées continuent à fournir à la vie de la communauté. Selon les estimations, le nombre des australiens de plus de 65 ans – aujourd’hui 3,6 millions de personnes – ira croissant pour atteindre les 8,9 millions d’ici la moitié du présent siècle. Environ 75% des hommes et 85% des femmes atteignent l’âge de la retraite en bonne santé et disposent d’une espérance de vie d’environ vingt ans à partir de ce moment-là.
« Il existe cependant le risque qu’une société non préparée au changement démographique puisse évaluer ces tendances comme une menace économique. Nous entendons déjà des termes de division comme « vol intergénérationnel » ou encore des comparaisons déplaisantes entre travailleurs productifs et retraités » affirme Mgr Tarabay.
« Notre communauté doit garantir que les coûts et les avantages d’une population qui vieillit soient partagés équitablement. Là où les politiques encouragent l’allongement de la vie active, il faut d’autre part faire en sorte que les groupes vulnérables soient protégés de la pauvreté » poursuit-il, remarquant l’urgence de « garantir des soins dignes » à tous et de ne pas abandonner les personnes âgées à la solitude et aux abus.
Les Evêques déplorent la culture « jetable » ou « culture du rebus » qui considère les personnes âgées à la limites superflues, souhaitant l’avènement d’une « culture du soin compatissant » qui valorise et protège les personnes au cours des dernières années de leur vie, invitant à une pleine solidarité entre les générations. (PA) (Agence Fides 06/09/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network