ASIE/INDE - Justice pour les chrétiens massacrés en Orissa

jeudi, 25 août 2016 minorités religieuses   liberté religieuse   evacués   violence   hindouisme   persécutions   martyrs  

Orissa Church

Quelques survivants des massacres en Orissa

New Delhi (Agence Fides) – Huit ans après les massacres antichrétiens qui bouleversèrent l’Etat indien de l’Orissa ayant débuté le 25 août 2008 exactement, les victimes n’ont pas encore obtenu justice. Ainsi que l’observe, dans le cadre d’un entretien accordé à Fides, l’intellectuel catholique indien John Dayal, ancien Président national de la All India Catholic Union, « le récent retour à la maison du Père de l’Archevêque émérite de Cuttack-Bhubaneswar, S.Exc. Mgr Raphael Cheenath, correspond avec les jours où nous commémorons le martyre du plus grand groupe de chrétiens en Inde depuis de nombreux siècles ». L’Eglise catholique indienne, pour sa part, célèbre déjà depuis l’an dernier, le 30 août, la Journée des Martyrs, et entend promouvoir la cause de béatification visant à reconnaître officiellement le martyre des victimes.
« Dans une vague de violence ciblée contre les dalits et les communautés tribales du district de Kandhamal, les militants fondamentalistes hindous pénétrèrent dans l’arrière-pays, tuant à l’aveuglette les personnes qui s’y trouvaient. Ils exploitèrent l’impunité garantie par l’Etat et la possible complicité de la police et d’autres organes de gouvernement. Le défunt Archevêque a lutté pour la justice pendant toute sa vie mais de nombreux crimes doivent encore faire l’objet d’enquêtes. La recherche de la justice se poursuit » rappelle John Dayal.
Le 25 août 2008, la violence à l’encontre de la communauté chrétienne de Kandhamal a causé la mort d’une centaine de chrétiens même si le gouvernement ne reconnaît officiellement que 38 victimes. On estime à environ 5.600 le nombre des maisons ayant été saccagées et incendiées alors que 300 églises et autres lieux de culte étaient détruits. Plus de 50.000 fidèles s’enfuirent dans les bois et ont commencé à mener une vie d’évacués afin de survivre au nettoyage ethnique.
Nombre de survivants à ces violences doivent encore se voir rendre justice. Le 2 août, la Cour Suprême de l’Inde a ordonné au gouvernement de l’Etat de l’Orissa de réexaminer 315 cas de violence, tous signalés à la police mais n’ayant pas fait l’objet d’une enquête adéquate.
L’ONG Christian Solidarity Worldwide, dans une note envoyée à Fides, affirme : « La décision de la Cour Suprême de rouvrir 315 cas est une première étape. Nous demandons au gouvernement fédéral et de l’Etat de garantir que les auteurs de ces crimes soient arrêtés et paient pour leurs actions. Ce qui s’est passé à Kandhamal ne doit pas être oublié et nous devrons persister à demander d’affronter l’injustice ». (PA) (Agence Fides 25/08/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
minorités religieuses


liberté religieuse


evacués


violence


hindouisme


persécutions


martyrs