ASIE/SYRIE - Médiation de l’Archevêque syro catholique visant à éliminer les barrages après des affrontements entre milices kurdes et progouvernementales

mercredi, 17 août 2016 guerres   groupes paramilitaires  

ankawa.com

Hassakè (Agence Fides) – Dix heures d’affrontement entre milices kurdes et unités légères de l’armée syrienne ont marqué la journée du 16 août dans la ville syrienne d’Hassakè, plus grand centre habité de la région de Jézirah, dans le nord-est du pays. Les affrontements, rue par rue – indiquent des sources locales contactées par l’Agence Fides – ont commencé à l’improviste en fin de matinée, provoquant la panique au sein de la population, qui a cherché refuge y compris dans les églises syro catholique et syro orthodoxe. La tension ne s’est abaissée qu’en fin de soirée et jusqu’à présent aucune victime n’est à déplorer parmi les factions impliquées dans les affrontements. Les causes des fusillades font encore l’objet de versions discordantes. Selon les kurdes, les milices progouvernementales auraient tenté d’arrêter des miliciens kurdes, provoquant une réaction immédiate. Selon d’autres sources, les miliciens kurdes auraient en revanche arrêté de manière indue des paramilitaires de forces progouvernementales.
Dans la région d’Hassakè, des tensions et des affrontements périodiques entre armée régulière et milices kurdes sont depuis longtemps enregistrés dans des centres habités tels qu’Hassakè et Qamishli, le contrôle des différentes zones étant partagé au gré des barrages que les parties au conflit mettent en place. « La semaine dernière – indique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Jacques Behnan Hindo, Archevêque syro catholique d’Hassakè-Nisibi – j’ai proposé à de hauts représentants des milices kurdes et de l’armée syrienne de parvenir à un accord visant à démanteler tous les barrages disséminés dans la ville, lesquels créent des problèmes et contribuent à alimenter un état de tension comme on l’a vu au travers des derniers affrontements à l’arme à feu. J’ai proposé d’utiliser l’Archevêché comme siège de la rencontre. Nous attendons encore une réponse de la part des kurdes ».
A la fin juin 2015, la ville d’Hassakè avait été attaquée par les milices djihadistes du prétendu « Etat islamique », provoquant la fuite massive de milliers de civils. Quatorze mois plus tard, la situation sur le terrain a totalement changé e ceci rend également moins nécessaire le réseau de barrages situés dans les zones urbaines. Les avant-postes du prétendu « Etat islamique » les plus proches se trouvent désormais à quelques 70 Km d’Hassakè et au cours de la fin de semaine prochaine, les bénévoles de l’Archidiocèse syro catholique porteront des vivres et des biens de première nécessité jusqu’à la zone de Shaddadi qui était, jusqu’à quelques mois en arrière, une place forte du prétendu « Etat islamique » dans le nord-est de la Syrie. (GV) (Agence Fides 17/08/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network