EUROPE/GRANDE BRETAGNE - Renforcement de la collaboration entre Caritas Westminster et le Jewish Volunteering Network (JVN)

lundi, 25 juillet 2016 réfugiés   caritas   bénévolat  

jvn.org.uk

Londres (Agence Fides) – La collaboration croissante entre les bénévoles chrétiens de la Caritas et leurs homologues juifs du Jewish Volunteering Network (JVN, Réseau de bénévolat juif) représente un modèle en mesure d’ouvrir de nouvelles voies en matière d’action commune sur le terrain des urgences humanitaires, jusqu’à se transformer en un instrument efficace pour diffuser une culture de la rencontre et du service du bien commun. Le Directeur de Caritas Westminster, John Coleby, et son homologue du JVN, Leonie Lewis, en sont convaincus. On notera que le JVN regroupe les organisations de bénévolat juif opérant au Royaume-Uni dans le cadre d’un réseau également présent dans d’autres pays, en sont convaincus.
Ces jours derniers, John Coleby et Leonie Lewis ont défini, dans un intervention reprise par les moyens de communication israéliens, les potentialités de la collaboration interreligieuse dans le domaine caritatif, en rappelant que la rencontre et le partage d’expériences et d’aides entre les deux réalités ont commencé concrètement voici six mois, au travers d’interventions promues tant par la Caritas Westminster que par le JVN au profit des migrants regroupés à Calais. A cette occasion, sont immédiatement parues évidentes les synergies possibles entre les deux organismes, à commencer par la possibilité d’apprendre l’un de l’autre dans le cadre d’interventions mises en œuvre pour faire face aux urgences humanitaires.
Le bénévolat interreligieux – font remarquer John Coleby et Leonie Lewis – peut affronter et gérer des situations complexes. Les responsables des deux organismes, dans leur intervention, rappellent l’appartenance à la tradition judéo-chrétienne commune comme source d’inspiration d’un engagement commun des juifs et des chrétiens dans le domaine des œuvres d’assistance et de charité sous le signe de la gratuité. Une telle collaboration, en élargissant progressivement le nombre des programmes partagés, peut également devenir un instrument utile à désamorcer les discriminations et sectarismes religieux. Les responsables des deux organisations espèrent qu’à l’avenir la collaboration pourra impliquer également des réalités analogues de bénévolat opérant au sein des communautés musulmanes. (GV) (Agence Fides 25/07/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network