AMERIQUE/BRESIL - Les Secrétaires exécutifs de la CNBB parmi les indigènes Terena

samedi, 23 juillet 2016 indigènes   conférences épiscopales  

CNBB

Campo Grande (Agence Fides) – Dans l’agenda de travail bien chargé de leur rencontre, qui a eu lieu à Campo Grande du 18 au 22 juillet, les Secrétaires exécutifs des 18 régions composant la Conférence épiscopale du Brésil (CNBB) ont également effectué une visite à la réalité indigène présente dans la municipalité de Miranda, sur le territoire du Diocèse de Jardim.
Ainsi que l’indique la note de la CNBB parvenue à l’Agence Fides, le 20 juillet, les Secrétaires exécutifs se sont rendus dans la commune de Miranda, au sein du Diocèse de Jarim, et ont visité un certain nombre de villages habités par les indigènes Terena, qui, au sein du seul Diocèse en question, sont plus de 10.000, étant par ailleurs nombreux dans tout le Mato Grosso do Sul.
Accompagnés par le Père Antonio Ferreira Catelan et par l’Evêque de Jardim, S.Exc. Mgr João Gilberto Moura, les Secrétaires ont été accueillis dans le village de Babaçu, Communauté Notre-Dame de l’Immaculée Conception, par des caciques, des chamanes et les responsables des douze villages soit environ 60 personnes.
Trois d’entre eux ont présenté des points considérés comme particulièrement importants en ce moment : l’effort qu’ils font actuellement au sein des villages pour sauver et conserver la culture indigène ; la consolidation de l’identité indigène au travers des langues natales, des danses et des rituels ; la lutte visant à garantir que les lois institutionnelles concernant la démarcation de la terre soient bien appliquées.
En ce qui concerne l’Eglise, très appréciée de leur part, les responsables indigènes ont demandé une présence plus importante. Autant que possible, ils désirent que les prêtres effectuent des visites dans les familles pour mieux connaître leur réalité et s’immerger davantage dans la culture indigène. Parmi les problèmes qu’ils ont cité se trouvent le manque d’assistance sanitaire et l’usage d’alcool et de drogues. Après la présentation, les Secrétaires ont entamé un dialogue en vue d’une meilleure compréhension réciproque entre l’Eglise et la réalité indigène.
Au terme de la rencontre, Mgr João Gilberto Moura a qualifié la journée d’historique. « Nous sommes une Eglise vivante, une Eglise communion. Beaucoup de ce qui a été dit cet après-midi contribuera à améliorer notre action au sein du Diocèse de Jardim et de l’Eglise au Brésil ». Pour l’Evêque, il s’est agi de la plus grande rencontre jamais réalisée entre l’Eglise et le peuple Terena. (SL) (Agence Fides 23/07/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network