AFRIQUE/EGYPTE - Déclarations du grand imam d’al-Azhar après de nouveaux affrontements sectaires à Minya

jeudi, 21 juillet 2016 sectarisme   dialogue  

CoptsUnited.com

Minya (Agence Fides) – Quatre chrétiens coptes et cinq musulmans ont été blessés dans le cadre des affrontements sectaires de ces jours derniers dans le village d’Edmo, sis sur le territoire du gouvernorat de Minya, en Haute Egypte. Après les affrontements, les forces de police ont renforcé le niveau de contrôle dans le village afin de prévenir de nouveaux affrontements et de ramener le calme.
Le cas du village d’Edmo représente le énième épisode de l’escalade des conflits sectaires qui intéressent en particulier le gouvernorat de Minya. Le grand imam d’al-Azhar lui-même, Ahmed al Tayyib, est intervenu au travers d’une déclaration publique, par laquelle il invite les habitants de la région à choisir le chemin de la raison, afin d’empêcher la propagation de la sédition sectaire. L’organisation « Initiative égyptienne » a comptabilisé au moins 77 épisodes, plus ou moins graves, de violence sectaire intervenus dans la région de Minya après ce qu’il est convenu d’appeler la révolution du 26 janvier 2011. Les organes de direction de la Maison de la Famille égyptienne – organisme de liaison interreligieux créé depuis quelques années pour prévenir et mitiger les contrapositions sectaires – ont décidé d’envoyer des opérateurs dans les villages de la zone où se sont vérifiés les incidents les plus récents de manière à apporter leur propre contribution à la pacification sociale. Certaines organisations cependant – dont « Initiative égyptienne » - contestent l’efficacité de ce qu’il est convenu d’appeler les rencontres de réconciliation, rassemblements publics organisés par les autorités locales pour mettre face à face les membres des différentes communautés religieuses après des affrontements sectaires et les induire à des actes publics de pacification, une pratique qui, selon ses détracteurs, se transforme en un simple rite conventionnel et finit par garantir l’impunité aux responsables d’actes violents et intimidateurs. (GV) (Agence Fides 21/07/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network