AMERIQUE/HONDURAS - Arrestation des meurtriers présumés de l’activiste environnementaliste Lesbia Yaneth Urquía

vendredi, 15 juillet 2016 violence   environnement   politique  
Obsèques de Lesbia Yaneth Urquía

Twitter

Obsèques de Lesbia Yaneth Urquía

Marcala (Agence Fides) – La police a arrêté les meurtriers présumés de Lesbia Yaneth Urquía, responsable communautaire, dans la commune de Marcala, La Paz, au centre du Honduras. L’activiste avait été trouvée morte le 6 juillet à Marcala, à l’ouest de la capitale, Tegucigalpa. L’assassinat fait partie d’une série d’homicides ayant pris pour cibles les membres du Conseil civique des Organisations populaires et indigènes du Honduras (COPINH) défendant des causes environnementales et les indiens du Honduras.
Au mois de mars dernier, avait été assassiné Nelson Garcia. Par ailleurs, Berta Caceres, cofondatrice du COPINH, avait été tuée chez elle au cours de ce même mois (voir Fides 04 et 09/03/2016). Tomas Garcia, qui avait présidé le Conseil, avait quant à lui été tué par un militaire lors d’une manifestation en 2013.
L’Evêque auxiliaire de San Pedro Sula, S.Exc. Mgr Romulo Emiliani, avait déclaré en mars dernier, après l’homicide de Berta Caceres (voir Fides 09/03/2016) que « bien que les statistiques gérées par les institutions indiquent que le nombre des homicides diminue, l’impact de ces crimes commis frappe tout un chacun, en particulier dans le cas du massacre de Comayagüela et du meurtre de la responsable indigène Berta Caceres (voir Fides 04/03/2016). Cela provoque consternation et embarras au sein de la population ».
Selon le dernier rapport de l’organisme international Global Witness concernant l’année 2015, le total des environnementalistes tué au cours de l’année de référence est de 185 en 16 pays différents dont 67 appartenant à des communautés indigènes. En Amérique latine, la répartition est la suivante : le Brésil se trouve au premier rang avec 50 homicides de ce type enregistrés, suivi par la Colombie (26), le Pérou et le Nicaragua (12 chacun), le Guatemala (10), le Honduras (8) et le Mexique (4). De nombreuses organisations de défense des droits fondamentaux se plaignent par ailleurs en général du fait que ces crimes demeurent impunis. (CE) (Agence Fides 15/07/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network