ASIE/BANGLADESH - Réflexions d’un missionnaire après le massacre de Dacca

mardi, 12 juillet 2016 pardon   islam   terrorisme   violence   politique internationale   internet   instituts missionnaires  

Facebook

Dacca (Agence Fides) – Sur le lieu où les terroristes ont massacré 22 personnes le 1er juillet dernier, quelqu’un a porté des fleurs dont une couronne anonyme portant l’inscription « Pardonnez-nous » en anglais. « Je crois qu’elle exprime le sentiment dominant ou dans tous les cas un sentiment très fort qui habite les bengalais après le massacre : la stupeur, l’incrédulité, la peur, la préoccupation pour soi et pour le pays mais aussi la sensation que ces jeunes ont également violé le Bangladesh et l’image qu’il a de soi. La perception de la réalité est désormais différente et pleine de gêne : nous sommes capables de cela ». C’est ce qu’affirme le Père Franco Cagnasso, PIME, missionnaire au Bangladesh, en réfléchissant sur la situation après le massacre
Le missionnaire, qui anime un blog intitulé « Eclats de Bengale » fait mention du jeune Faraaz Ayaaz Hossain, pris au piège par les terroristes en compagnie d’autres personnes et qui aurait pu être libéré parce qu’il avait su réciter des extraits du coran. « Il pouvait s’en aller mais il est resté sur place pour partager le sort de deux amies, retenues parce que habillées à l’occidentale, étant finalement tué avec elles. Lui aussi était bengalais, lui aussi était musulman. Son choix représente presque un baume qui atténue l’angoisse suscitée par les atrocités dont nous sommes témoins » remarque le missionnaire.
L’analyse du Père Cagnasso prend en considération le phénomène des écoles coraniques, les médersas, incubatrices de la haine et de la violence, mais rappelle également que les terroristes étaient issus de familles riches, qu’ils avaient étudié non pas dans des médersas mais dans de prestigieuses universités privées et internationales. Selon des sources locales, environ 300 étudiants et jeunes diplômés de l’enseignement supérieur auraient disparu au cours de cette dernière année et pourraient faire partie des nouveaux militants radicaux de haut niveau culturel. « Toutes les formes les plus radicales des idéologies totalitaires et violentes, en tout temps et dans tous les pays, ont eu à leur tête des personnes instruites, avec de nombreux mauvais maîtres dans le monde universitaire. Par ailleurs, est également présent le facteur Internet qui, malheureusement, a ouvert la porte aux dangers du télé-fanatisme, le fanatisme diffusé par les ondes » conclut le missionnaire, indiquant les trois éléments clefs pour comprendre le phénomène du terrorisme au Bangladesh : les médersas, les universités et Internet. (PA) (Agence Fides 12/07/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
pardon


islam


terrorisme


violence


politique internationale


internet


instituts missionnaires