ASIE/BANGLADESH - Appel au pardon et à la miséricorde des Evêques du Bangladesh après le massacre

lundi, 4 juillet 2016 année de la miséricorde   terrorisme   violence   islam   minorités religieuses   droits fondamentaux   pardon   eglises locales  

Dacca (Agence Fides) – Abandonner toute forme de violence pour embrasser le pardon et la miséricorde : c’est ce que demande un message des Evêques catholiques du Bangladesh au lendemain du massacre terroriste qui a fait 20 victimes le 1er juillet dans un restaurant de Dacca. « La violence au nom de la religion est toujours une erreur. Il faut que nous récupérions tous un trait d’humanité qui conduit au respect de la dignité et à la paix » remarque le texte ainsi que l’indique à Fides S.Exc. Mgr Gervas Rozario, Evêque de Rajshahi. L’Evêque illustre à l’Agence Fides les contenus du message : « Nous condamnons la violence inouïe du terrorisme qui méprise les vies humaines et nous invitons tout un chacun à se laisser toucher et transformer par des valeurs telles que la miséricorde et le pardon, qui sont les caractéristiques authentiques d’un être humain » remarque-t-il. « Nous participons pleinement au deuil dans lequel est plongé le pays et nous prions pour les âmes des victimes et pour leurs familles, leur exprimant une profonde solidarité » poursuit l’Evêque.
La petite Eglise au Bangladesh, qui représente moins de 1% de la population, a dédié la journée d’hier, Dimanche 3 juillet, à la commémoration des victimes. « Dans toutes les églises de la nation, les Messes d’hier ont été offertes pour les victimes du terrorisme et aujourd’hui encore, chaque communauté locale organisera une veillée de prière ou une Adoration eucharistique pour participer spirituellement et offrir à Dieu ce moment tragique » indique Mgr Rozario. « En tant que catholiques bengalais, notre action en faveur du bien de la nation au travers de l’apostolat social, des écoles, des hôpitaux et de la Caritas se poursuivra, au profit des citoyens de toutes les strates sociales, de toutes religions, ethnies et cultures » conclut-il. (PA) (Agence Fides 04/07/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
année de la miséricorde


terrorisme


violence


islam


minorités religieuses


droits fondamentaux


pardon


eglises locales