ASIE/TADJIKISTAN - Suicides de mères accompagnées de leurs enfants à cause de la pauvreté et de la violence

jeudi, 30 juin 2016 violence  

Johannes Zielcke

Vahdat (Agence Fides) – La violence à l’égard des femmes continue à augmenter, tout comme le niveau général d’agressivité et de cruauté de la société tadjike. L’alarme a été lancée par une représentante de l’ONG Women With Higher Education, après le énième cas de suicide d’une femme dans le fleuve traversant la petite ville de Vahdat, la jeune femme s’étant lancée dans l’eau avec son enfant, tous deux étant épuisés par la faim et la pauvreté. Selon les informations parvenues à Fides, déjà en février dernier, une femme de 25 ans s’était jetée d’un pont avec ses quatre enfants. Quatre mois auparavant, une mère de famille de 30 ans s’était sauvée par miracle après avoir noyé ses trois enfants et avait été condamnée à 18 ans de réclusion.
Selon un porte-parole du Ministère tadjik, en 2015, ont été enregistrés au total un nombre de 325 suicides et de tentatives de suicides de femmes. Les femmes tadjikes sont contraintes à se marier très tôt et immédiatement envoyées dans les maisons de leurs maris, où elles subissent des abus de toute nature. En outre, l’aggravation de la crise économique qui afflige le pays a eu des conséquences sociales dramatiques sur une grande partie de ses habitants.
Selon la Banque mondiale, le Tadjikistan est le pays le plus largement dépendant des retours financiers effectués par les émigrés. Les flux monétaires ont diminué des deux tiers en 2015 suite à la crise économique russe, qui trouve à son tour son origine dans la chute des prix du pétrole et dans les sanctions occidentales suite à la participation de la Russie au conflit ukrainien. Le Tadjikistan est également fortement dépendant de l’économie russe, au sein de laquelle travaille la moitié de la population masculine, en majorité dans le secteur des constructions. (AP) (Agence Fides 30/06/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network