AMERIQUE/BRESIL - Des religieuses sur le terrain pour vaincre le trafic d’êtres humains à l’approche des Jeux olympiques

mercredi, 22 juin 2016 trafic d'êtres humains   ordres religieux   zones de crise  
Jouer en faveur de la vie

Jouer en faveur de la vie

Rome (Agence Fides) – A l’approche du 5 août, date du début des Jeux olympiques de Rio de Janeiro, l’engagement contre le trafic d’êtres humains sous toutes ses formes s’accroît. Encore une fois, les JO deviennent un moment de croissance économique pour le pays qui les accueille, mais se transforment également en occasion propice pour la criminalité, les trafiquants d’êtres humains et l’exploitation sexuelle ou par le travail. Ceci constitue le motif de la campagne « Jouer en faveur de la vie » qui vise à informer et à responsabiliser les citoyens, la presse et les agences de voyages à propos d’un phénomène qui peut être prévenu et contre lequel il est possible de lutter. La campagne en question est soutenue par Talitha Kum, réseau international de la Vie consacrée contre le trafic de personnes, et par l’Union internationale des Supérieures générales.
« La campagne sera réalisée par 26 groupes du réseau présents dans 26 Etats du Brésil, et en particulier à Rio de Janeiro, au travers d’activités principalement de prévention, de divulgation de matériels produits pour la campagne mais aussi d’actions éducatives s’adressant surtout aux jeunes et aux adolescents, qui sont les principaux groupes vulnérables à ce trafic. Il s’agit d’une action menée avec différentes églises et non pas seulement de l’Eglise catholique. Elle est donc de type œcuménique mais voit aussi la collaboration des organisations gouvernementales préposées à la lutte contre le trafic d’êtres humains » a déclaré hier, dans le cadre de la présentation de la campagne réalisée à Rome, Sœur Gabriella Bottani, l’une des coordinatrices de Talitha Kum.
La campagne a déjà été lancée au Brésil le 31 mai dernier par le Réseau brésilien des religieuses contre le trafic d’êtres humains et a choisi de proposer à nouveau le slogan utilisé à l’occasion des Championnats du monde de football de 2014 (voir Fides 26/03/2016). L’expérience réalisée voici deux ans a contribué à augmenter le nombre des plaintes concernant le phénomène de 42%. (CE) (Agence Fides 22/06/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network