ASIE/LIBAN - Report sine die du Synode de l’Eglise grecque melkite

mercredi, 22 juin 2016 eglises orientales  

Wikipedia

Beyrouth (Agence Fides) – Le Synode de l’Eglise catholique grecque melkite, après s’être ouvert le 20 juin à Ain Traz dans un climat de forte tension interne, a été interrompu et reporté sine die à cause de l’absence d’un certain nombre d’Evêques, qui ont ainsi provoqué le non respect du quorum requis pour poursuivre de manière valide les travaux de l’assemblée. C’est ce qu’indique un communiqué diffusé par les sources officielles du Patriarcat, parvenu à l’Agence Fides.
L’affaire met en évidence les fortes divisions existant au sein de l’Episcopat grec melkite, qui se concrétisent par la demande de démission du Patriarche, S.B. Grégoire III Laham, soutenue par un groupe d’au moins dix Evêques, de manière à procéder ensuite à l’élection d’un nouveau Patriarche. Lundi 20 juin, seuls 11 des 22 des Evêques grec melkites actuellement en fonctions se sont présentés à la séance d’ouverture du Synode, alors que le quorum s’établit à la moitié plus un de ce nombre.
Le Patriarche, dans son discours inaugural, avait invité tous les Evêques à un débat « respectueux, franc et transparent, dans un esprit de dialogue et de charité ». Lors de sa prise de position successive au report du Synode, S.B. Grégoire III Laham, rappelant les dispositions récemment réaffirmées également par la Congrégation pour les Eglises orientales de la Curie romaine, soulignait que le Droit canonique des Eglises orientales ne prévoit pas la possibilité d’imposer au Patriarche de démissionner contre sa volonté et que toutes les éventuelles controverses doivent être affrontées au sein de l’Assemblée synodale. (GV) (Agence Fides 22/06/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network