AMERIQUE/GUATEMALA - Les pires formes de travail clandestin des mineurs enregistrées en Amérique latine

lundi, 20 juin 2016 travail des mineurs  

Internet

Guatemala (Agence Fides) – Le Guatemala, avec ses 850.937 enfants qui travaillent et 43% des mineurs qui ne fréquentent pas le système scolaire, enregistre le plus fort indice de travail des mineurs de l’ensemble de l’Amérique latine, selon les informations parvenues à Fides. Outre la gravité des statistiques, il en ressort que ces enfants sont employés dans le cadre d’activités dangereuses pour leur vie même, telle que la fabrication de feux d’artifice, la récolte du café, la découpe de pierres et le travail agricole en général. L’alarme a été lancée par le Bureau pour les droits fondamentaux du Guatemala. Les départements du nord-est, Huehuetenango et Quiché, sont les plus touchés par le phénomène, qui implique généralement des enfants d’origine indigène.
L’Organisation internationale du travail a déclaré qu’en Amérique latine, plus de 5,5 millions d’enfants des deux sexes travaillent sans avoir l’âge minimum requis pour l’entrée sur le marché du travail ou sont employés dans le cadre d’activités interdites. En général, les mineurs travaillent dans le secteur agricole ou dans des secteurs très dangereux tels que les mines, les décharges, la pêche ou encore comme domestiques. A cela viennent s’ajouter des milliers d’autres qui ne sont pas recensés et sont contraints clandestinement aux plus graves formes de travail des mineurs, étant impliqués dans des réseaux d’exploitation sexuelle à fins commerciales, dans le trafic de stupéfiants, dans le trafic des mineurs en vue de leur exploitation par le travail et dans le cadre des conflits armés. (AP) (Agence Fides 20/06/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network