ASIE/PAKISTAN - Demande d’intervention de l’ONU suite aux homicides de défenseurs des droits fondamentaux

mercredi, 15 juin 2016 droits fondamentaux   violence   justice   blasphème   minorités religieuses  

Islamabad (Agence Fides) – Solliciter le gouvernement pakistanais afin qu’il « capture les assassins du Ministre catholique Shahbaz Bhatti et d’autres activistes des droits fondamentaux et qu’il rende la justice » dans la mesure où de tels cas mettent en évidence « l’impunité persistante dans le cadre des attaques contre des défenseurs des droits fondamentaux, dont le nombre s’est accru au cours de ces dernières années, ainsi que le besoin urgent de les protéger ». C’est ce que demande une missive envoyée par Maître Sardar Mushtaq Gill, avocat chrétien pakistanais, à Michel Forst, nommé Rapporteur spécial de l’ONU pour les droits fondamentaux.
Le texte de la lettre, parvenu à l’Agence Fides, rappelle que « plus de cinq ans sont passés depuis le meurtre de Shahbaz Bhatti et aucun de ses assassins n’a été remis à la justice ». Shahbaz Bhatti, rappelle la lettre, « s’est distingué comme le plus influent défenseur des droits fondamentaux à avoir élevé la voix pour les droits des chrétiens dans le pays ». En 2014, a par ailleurs été tué Rashid Rehman Khan, avocat musulman et coordinateur de l’ONG Commission des droits fondamentaux du Pakistan (HRCP), qui assurait la défenseur d’un professeur d’université accusé de blasphème.
La lettre se plaint du manque de protection assuré par l’Etat aux activistes et promoteurs des droits fondamentaux, « cible d’extrémistes et d’autres acteurs, publics et non ». Les dangers augmentent, rappelle le texte, « lorsque l’on s’engage à fournir assistance aux victimes d’accusations de blasphème ».
Maître Gill, qui défend les accusés de différents cas de ce genre, est lui aussi pris pour cible et des membres de sa famille ont été intimidés, menacés et enlevés. L’avocat observe : « J’apprécie les initiatives prises par l’ONU au cours de ces dernières années pour soutenir la justice au Pakistan et je souhaite que la protection des droits fondamentaux au Pakistan continue à constituer une priorité absolue », avant de conclure : « Attendu que le nombre des menaces, des enlèvements, des attaques et des homicides est en hausse, je demande au Rapporteur spécial de l’ONU d’adopter des mesures fermes et vigoureuses afin de protéger les défenseurs des droits fondamentaux au Pakistan, en particulier ceux qui s’engagent à fournir une assistance aux victimes innocentes des abus d’application de la loi sur le blasphème ». (PA) (Agence Fides 15/06/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
droits fondamentaux


violence


justice


blasphème


minorités religieuses