ASIE/TURQUIE - Critiques de la communauté arménienne apostolique à son Vicaire patriarcal suite à une prise de position concernant la résolution allemande sur le génocide

mardi, 14 juin 2016 eglises orientales  

Wikipedia

Istanbul (Agence Fides) – Des représentants de la communauté arménienne apostolique de Turquie ont exprimé une nette prise de distance vis-à-vis de la lettre envoyée par le Patriarcat au Président turc, Recep Tayyip Erdogan, à propos de la votation exprimée par la chambre basse du Parlement allemand, par laquelle ont été reconnus comme génocide les massacres systématiques d’arméniens perpétrés en Anatolie en 1915.
Après la violente réaction de Recep Tayyip Erdogan à la résolution approuvée par le Bundestag – comprenant des menaces voilées d’expulsion des arméniens résidant en Turquie – l’Archevêque arménien apostolique Aram Atesyan, Vicaire patriarcal exerçant les fonctions du Patriarche, empêché suite à une grave pathologie invalidante, avait envoyé une lettre au Président turc dans laquelle il exprimait « son regret et celui des arméniens » pour la résolution du Parlement allemand, la qualifiant de tentative d’instrumentalisation des tragédies du peuple arménien liée à des intérêts de « politique internationale ».
Quelques jours plus tard, dans les colonnes de l’hebdomadaire bilingue arménien turc Agos, publié et diffusé en Turquie, a été publiée une longue lettre signée au nom de la Communauté arménienne de Turquie, qui fait part de sa « honte, colère et douleur » suite aux arguments et aux tons employés dans la lettre de l’Archevêque Atesyan à Recep Tayyip Erdogan. Dans le texte de la lettre parvenu à Fides, il est possible de lire : « Vous définissez l’anéantissement systématique et presque totalement réalisé d’un peuple de par le vouloir de l’Etat lui-même comme « des événements qui se sont vérifiés au cours des heures tragiques de la première guerre mondiale ». Cela représente un affront pour les ancêtres, les victimes et les survivants, aux yeux de la société à laquelle vous appartenez vous aussi ».
En 2008, le Patriarche arménien de Constantinople, Mesrob II, a été frappé de la maladie d’Alzheimer, laquelle a pris une forme qui l’a rapidement réduit à un état végétatif. Selon les lois turques, la charge patriarcale ne s’interrompt qu’avec la mort de son titulaire et un nouveau Patriarche ne peut par suite pas être nommé durant la vie du Patriarche en fonction. A compter de 2008, l’Archevêque Aram Atesyan exerce les fonctions patriarcales pour l’administration ordinaire du Patriarcat en tant que Vicaire patriarcal. (GV) (Agence Fides 14/06/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network