AFRIQUE/NIGER - Situation critique pour les 50.000 habitants de Bosso ayant fui l’offensive de Boko Haram

jeudi, 9 juin 2016 groupes armés   evacués  

Niamey (Agence Fides) – Les premiers militaires tchadiens, avant-garde d’un contingent de plus de 2.000 personnels envoyés au Niger pour contraster l’offensive de la secte islamiste Boko Haram provenant du Nigeria limitrophe, sont arrivés dans la ville de Bosso.
A Bosso, sur la rive du lac Tchad, les affrontements entre troupes nigériennes et islamistes nigérians durent depuis plusieurs jours. Boss avait été prise par Boko Haram le 3 juin. Le lendemain, l’armée de Niamey en avait repris le contrôle mais, le 5, elle se trouvait de nouveau aux mains de Boko Haram.
Dans les combats, 30 militaires nigérians et nigériens ont été tués alors que 50.000 habitants de la ville ont été contraints à évacuer. Leurs conditions sont désespérées en ce qu’ils sont privés d’assistance sous un climat aride et très chaud, sachant que parmi eux se trouvent de nombreux enfants, femmes et personnes âgées. (L.M.) (Agence Fides 09/06/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network