AMERIQUE/PORTO RICO - Pour l’Archevêque de San Juan, « nous devons autodéterminer notre rapport avec les Etats-Unis avant d’autres crises »

jeudi, 9 juin 2016 politique   economie   evêques   pauvreté  
S.Exc. Mgr Roberto González Nieves, OFM

S.Exc. Mgr Roberto González Nieves, OFM

San Juan (Agence Fides) – « Je suis favorable à la norme parce qu’elle fournit à Porto Rico un peu de répit, de manière à ce que les paiements des retraites et des services sociaux soient effectués avant de payer la dette » a écrit l’Archevêque de San Juan (Porto Rico), S.Exc. Mgr Roberto González Nieves, OFM, dans un éditorial du quotidien The Hill, qui est publié aux Etats-Unis mais est également diffusé à Porto Rico. L’Archevêque annonce ainsi son soutien aux normes législatives relatives à la crise de la dette de Porto Rico, qui devraient être votées par le Congrès américain dans les prochains jours. « Les normes législatives bloquent l’effet d’exploitation de ce qu’il est convenu d’appeler les fonds vautours et lancent un processus visant à porter notre dette à un niveau soutenable » peut-on lire dans le texte.
Mgr González exprime cependant quelques préoccupations concernant le Conseil de surveillance économique, établi par le Congrès, en faisant remarquer que les racines de la crise se trouvent dans le statut politique de Porto Rico. L’Archevêque invite par ailleurs les portoricains à « voir cette visite du Conseil de surveillance sur notre île comme une sonnette d’alarme ». « Fondamentalement, Porto Rico est une colonie des Etats-Unis » écrit Mgr González, qui souligne : « Avant que notre île ne se trouve face à la prochaine crise, nous devons autodéterminer ce que nous voulons être et notre rapport avec les Etats-Unis ».
« L’Archevêque est un partisan courageux de son peuple » commente Eric LeCompte, Directeur exécutif du Jubilee USA Network, un réseau d’organisations et communautés religieuses, dans une note envoyée à Fides. « Je partage le soutien de l’Archevêque à l’action du Congrès ainsi que son espérance de voir se réduire la pauvreté infantile lorsque les normes législatives seront finalement adoptées ».
La grave crise économique et sociale du pays se poursuit et sa résolution dépend en grande partie des décisions du Congrès américain (voir Fides 12/04 et 20/05/2016). (CE) (Agence Fides 09/06/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network