ASIE/SRI LANKA - Adhésion du pays à la Convention d’Ottawa sur les mines antipersonnel

mercredi, 8 juin 2016 guerres   violence   onu   paix   justice  

Facebook

Colombo (Agence Fides) – Sept ans après la fin d’une guerre civile de 26 ans, le Sri Lanka a accepté d’adhérer à la Convention d’Ottawa concernant l’interdiction des mines antipersonnel. Les provinces du nord et de l’est du pays, théâtre du conflit, ont été gravement compromises, se trouvant semées de mines et d’explosifs. Encore aujourd’hui, certaines agences de déminage travaillent au Sri Lanka. En adhérant à la Convention, le Sri Lanka accepte de détruire toutes les mines antipersonnel encore en sa possession ou se trouvant sous sa juridiction ou encore sous son contrôle dans les quatre ans. Selon les dernières données disponibles, 162 Etats ont adhéré à ce traité jusqu’à ce jour.
« Nous accueillons favorablement cette initiative comme un premier pas pour aller en direction de ceux qui ont subi la guerre et la violence » affirme une note du Jesuit Refugee Service (JRS) envoyée à Fides. Le JRS reconnaît et apprécie la décision prise par le gouvernement et sollicite ce dernier à « collaborer activement avec les acteurs de la société civile engagés dans l’action humanitaire ainsi que dans la promotion des droits fondamentaux, de la réconciliation nationale et de la reconstruction. Ceci contribuera à aplanir la route vers l’unité nationale, l’intégration, le développement et la paix basée sur la justice et l’équité ».(PA) (Agence Fides 08/06/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network