AFRIQUE/GHANA - Appel des responsables chrétiens contre la migration des jeunes en Europe

mardi, 7 juin 2016 migrants   evêques   dialogue   politique  

Accra (Agence Fides) – « Nous sommes attristés par les nouvelles relatives aux migrants, morts dans les déserts d’Afrique du Nord et dans les eaux de la Méditerranée et nous lançons un appel aux Etats et aux gouvernements africains afin qu’ils adoptent des mesures permettant d’éviter cette tragédie » affirme un communiqué conjoint de la Conférence épiscopale du Ghana et du Christian Council of Ghana, publié au terme de leur rencontre visant à faire le point sur la situation du pays.
« La migration des africains en Amérique du Sud devient actuellement, elle aussi, un danger émergent » soulignent les responsables chrétiens ghanéens dans le texte parvenu à Fides. « Nous invitons avec force les gouvernements africains à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour créer un environnement politique et socioéconomique favorable et des opportunités de travail pour notre jeunesse pullulante se trouvant au chômage… Nous encourageons également les jeunes africains à demeurer dans nos pays et à travailler dur afin de gagner leur vie. Ils doivent comprendre que l’Europe et d’autres zones hors de l’Afrique ne garantissent pas automatiquement confort et plaisir ».
Se référant aux élections générales qui se tiendront en novembre prochain, les responsables chrétiens se déclarent préoccupés suite aux « manifestations d’impunité politique se caractérisant par des intimidations, des accusations, des contre-accusations, des incitations à la haine, des violences entre partis et en leur sein, des menaces d’enlèvement et des homicides ».
« Ces actes enveniment actuellement l’atmosphère politique et c’est pourquoi nous demandons aux hommes politiques et à leurs partisans de faire preuve de la plus grande modération et de contribuer à calmer la tension politique émergente dans le pays ».
Une autre menace contre la coexistence pacifique dérive de l’augmentation du fanatisme religieux prêché par « ce qu’il est convenu d’appeler hommes et femmes de Dieu, qui trompent les personnes, en les faisant croire de constituer la réponse à leurs problèmes. Nous invitons tous les ghanéens à se méfier de ces charlatans, de manière à ne pas être la proie de leurs machinations. Nos différentes organisations religieuses sont prêtes à aider à faire face aux acticités de ces soi-disant hommes de Dieu ». (L.M.) (Agence Fides 07/06/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network