AMERIQUE/NICARAGUA - Refus des observateurs internationaux pour les élections de la part du Président et position critique du porte-parole de la Conférence épiscopale

mardi, 7 juin 2016 politique   evêques   elections   conférences épiscopales  
Conférence épiscopale du Nicaragua (CEN)

Conférence épiscopale du Nicaragua (CEN)

Granada (Agence Fides) – « Observateurs ayez honte. Ici termine votre observation. Vous pouvez aller observer d’autres pays ». C’est en ces termes que le Président nicaraguayen, Daniel Ortega, a, dans un discours au Congrès du Front sandiniste de libération nationale prononcé le 4 juin, fermé la porte brusquement à la requête de la population, des entreprises privées et des partis d’opposition, de disposer de la présence d’observateurs internationaux dans le cadre des élections présidentielles du 6 novembre prochain.
A cette nouvelle, le porte-parole de la Conférence épiscopale du Nicaragua (CEN), S.Exc. Mgr Jorge Solorzano, Evêque de Granada, a déclaré qu’il faut faire montre d’attention et d’un « soin extrême » en ce qui concerne le processus électoral dans le pays. « Il n’est possible ni de continuer à fouler aux pieds la démocratie ni de perdre la confiance du peuple – a-t-il réaffirmé. Au Nicaragua, nous devons tous exercer notre droit à participer aux élections. Nous ne pouvons rester indifférents, paresseux ou étrangers à tout ce qui constitue la négation ou la mise en danger de la paix » a déclaré Mgr Solorzano, parlant à la presse locale. « Le gouvernement et le Conseil suprême électoral sont tenus d’apporter des garanties afin qu’il soit possible de vivre une journée démocratique et ceci comprend l’observation internationale » a conclu l’Evêque dans la note envoyée à Fides.
Le 21 mai dernier, les Evêques avaient réitéré au Président la requête de s’engager pour garantir un processus électoral transparent. La lettre intitulée « A la recherche de nouveaux horizons pour un Nicaragua meilleur » (voir Fides 22/05/2014), remise au Président par la Conférence épiscopale voici deux ans, n’a toujours reçu aucune réponse (voir Fides 21/05/2016). (CE) (Agence Fides 07/06/2016)



Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network