VATICAN - Intervention du Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples devant le Congrès missionnaire colombien

samedi, 28 mai 2016

Bucaramanga (Agence Fides) – « Conscience et responsabilité missionnaire des Eglises particulières » : tel a été le thème de la longue intervention que S.Em. le Cardinal Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, a tenu le 27 mai devant le Congrès missionnaire national de Colombie, inauguré la veille au soir. L’événement a lieu à Bucaramanga et se trouve dédié au thème : « Nous sommes l’Eglise colombienne, en sortie missionnaire » (voir Fides 16 et 19/05/2016).
Le Préfet du Dicastère missionnaire s’est inspiré à la péricope évangélique de la première multiplication des pains (Mc 6, 30-34), qui a pour arrière plan « le caractère missionnaire de la communauté apostolique », pour livrer un certain nombre de réflexions : la centralité de la personne et de la mission de Jésus ; la mission des Apôtres en tant que soumise au jugement du Seigneur et à la connaissance des autres compagnons afin que la prédication et l’action ne soient pas vaines ; la nécessité d’une spiritualité authentique en vue de l’existence d’une authentique mission et non d’un activisme sans avenir ; le fait que les personnes étaient attirées par la prédication et par le Maître, qui est différent de tous les autres et enfin le fait que la multitude qui cherchait Jésus était « comme des brebis sans berger ».
« Dès les premiers moments de son Pontificat, le Pape François, le premier provenant d’Amérique latine, a parlé de la mission et du témoignage, y compris héroïque, qui parfois arrive au martyre – a poursuivi le Cardinal Filoni. Une Eglise en sortie missionnaire au sein de laquelle tout chrétien et toute communauté est appelé à sortir de ses propres commodités et a le courage d’aller dans toutes les périphéries ayant besoin de la lumière de l’Evangile », une Eglise, par suite, dont la mission est d’annoncer la miséricorde de Dieu, une Eglise au service des périphéries existentielles, des pauvres de la société, une Eglise qui sait être compatissante, tendre, communautaire et fraternelle.
L’Eglise colombienne, surtout au cours de ces dernières années, a toujours démontré un engagement missionnaire particulier, tant ad intra qu’ad extra, a relevé le Cardinal. « Ce Congrès missionnaire veut par suite se placer sur les traces de la vision et de la mission pastorale définies par le Pape François qui nous pousse souvent à trouver la conscience et la responsabilité missionnaire des Eglises particulières ». « La mission ad gentes ad intra en Colombie est toujours nécessaire, de manière à ce que le peuple de Dieu puisse se renouveler incessamment dans la fidélité à la foi apostolique et dans l’ouverture au Saint Esprit. En outre, il nous responsabilise également en ce qui concerne la mission ad extra, entendue comme l’obligation que toutes les Eglises particulières ont vis-à-vis de l’annonce de l’Evangile dans les lieux où ce dernier a besoin d’être ré-annoncé, où il est arrivé récemment ou encore là où il ne s’est pas encore consolidé ».
Le Préfet du Dicastère missionnaire s’est ensuite longuement attardé sur la conscience missionnaire des Eglises particulières et sur leur responsabilité missionnaire, mettant entre autre en évidence les défis lancés par la transformation de la société et du monde d’aujourd’hui ; le besoin d’acquérir une authentique conscience missionnaire qui ne nous renferme pas dans nos propres besoins ; l’importance d’acquérir les instruments propres du missionnaire : pauvreté évangélique, non violence, disponibilité à donner sa vie pour le nom du Christ et par amour pour les hommes.
Enfin, le Cardinal Filoni, après avoir exprimé sa satisfaction pour la sollicitude des Evêques colombiens vis-à-vis des Eglises missionnaires du pays, s’est demandé si la Colombie n’a pas « une mission spéciale », pour conclure : « L’Eglise de ce pays peut donner et faire davantage, parce qu’ici aussi, où existent de nombreuses formes de pauvreté et où l’espérance a encore un rôle et une force, personne n’est si pauvre qu’il ne puisse partager au moins sa foi ! Courage, Colombie ! Il t’est possible de donner et de faire davantage. C’est pourquoi je demande aux disciples missionnaires de Jésus, qui sont nombreux, de se présenter et de se faire connaître. Courage, Eglise de Colombie, partages ta foi et sois une Eglise missionnaire en sortie ». (SL) (Agence Fides 28/05/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network