ASIE/ISRAEL - Ecoles chrétiennes en danger suite aux promesses non tenues du gouvernement israélien

mercredi, 25 mai 2016

lpj

Jérusalem (Agence Fides) – A quelques jours de la fin d’une année scolaire tourmentée, débutée par une grève de 27 jours, les 47 écoles chrétiennes présentes en Israël se trouvent face à une urgence financière aux effets potentiellement dévastateurs dans la mesure où le Ministère de l’Instruction n’a pas tenu jusqu’ici son engagement portant sur le transfert aux instituts scolaires inspirés par les communautés chrétiennes locales la contribution due soit 50 millions de shekels (environ 11,6 M€). La préoccupation concernant la conjoncture difficile qui s’est ainsi créée est exprimée dans un document en forme d’appel diffusé par le Bureau des écoles chrétiennes, dans lequel sont déterminés les passages clefs et les aspects controversés d’une affaire qui provoque l’angoisse de dizaines d’enseignants, de personnels scolaires, d’élèves et de familles dans l’ensemble du pays.
Au cours de la mobilisation du début d’année, les élèves des écoles chrétiennes, en compagnie de leurs parents et de leurs enseignants, avaient également organisé des manifestations afin de dénoncer la diminution drastique de 45% des contributions publiques imposée au cours des six dernières années par le gouvernement d’Israël, qui est à l’origine de la situation d’urgence financière actuelle. A la fin du mois de septembre, des propositions visant à sortir de l’impasse avaient été présentées par le Ministère israélien de l’instruction au Bureau des écoles chrétiennes, qui les avaient acceptées (voir Fides 29/09/2015), L’accord prévoyait l’attribution aux écoles chrétiennes d’une première contribution de 50 millions de shekels (environ 11,6 M€), qui devait être versée d’ici le 30 mars dernier, en compensation des diminutions imposées au cours des années précédentes et devait correspondre au premier trimestre de l’année scolaire 2015-2016. Ensuite, aurait dû être mis en place un nouvel organisme de négociation chargé d’affronter et de résoudre les questions en suspens.
Plus de 50 jours après l’échéance annoncée – peut-on lire dans le document diffusé par le Bureau des écoles chrétiennes et parvenu à l’Agence Fides – la tranche de ressources promis n’a pas encore été versée. La commission spéciale pour les négociations, conduite par Shimshon Shoshani, s’est réunie par trois fois, se limitant à proposer des requêtes – déjà rejetées précédemment – visant à ce que les écoles chrétiennes acceptent d’être englobées en tout et pour tout dans le système scolaire public, soumis à la direction du Ministère de l’instruction, avec pour seule garantie de pouvoir conserver trois heures par semaine pour des cours devant « renforcer et préserver l’identité chrétienne et le style de vie particulier des écoles chrétiennes ».
« Il est clair – peut-on lire dans le communiqué signé par le Père Abdel Masih Fahim, Secrétaire général du Bureau – que ces recommandations ne résolvent pas la crise financière causée par les politiques du Ministre de l’instruction au cours de ces dernières années. Nous déplorons que le Ministère cherche actuellement encore une fois à contraindre nos institutions à adhérer au système public ». Face à l’écroulement financier qui les menace, les écoles chrétiennes, au travers de leur Bureau de coordination, demandent au gouvernement israélien d’honorer au plus vite ses engagements et que soit fixé le quantum d’une subvention annuelle de la part de l’Etat ou, de manière alternative, que ce dernier leur permette plus de liberté de mouvement en matière de recherche de fonds destinés à compenser les diminutions drastiques de la contribution publique.
Les 47 écoles chrétiennes présentes en Israël sont fréquentées par 33.000 élèves chrétiens, musulmans, druzes et juifs. (GV) (Agence Fides 25/05/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network