ASIE/ISRAEL - Campagne de l’association des rabbins pour les droits fondamentaux contre la haine religieuse fomentée par les bandes du « prix à payer »

mardi, 24 mai 2016 sectarisme  

Youtube

Jérusalem (Agence Fides) - L'association des rabbins pour les droits fondamentaux, basée en Israël, a annoncé une nouvelle campagne visant à sensibiliser les forces politiques israéliennes à l’urgence représentée par les attaques contre des objectifs religieux, chrétiens et musulmans, perpétrées par des bandes extrémistes.
La campagne de sensibilisation des membres de la Knesset, le parlement israélien, devrait débuter dans les prochains jours et sera soutenue par Tag Meir (écusson lumineux), un groupe d’organisations engagé dans la lutte contre les crimes et les manifestations de haine religieuse et de racisme perpétrés en Israël. Fondée en 2011, l’organisation, à partir de nom même, entend souligner son opposition aux actes de violence et d’intimidation accomplis par des groupes de colons ultranationalistes qui, ces dernières années, ont frappé de différentes manières des mosquées ou des lieux chrétiens (Tabgha, Beit Jamal, Latrun, la Dormition etc.), signant leurs méfaits au travers d’un graffiti signifiant « le prix à payer ».
Les délits commis par les groupes en question expriment la haine raciale de la droite juive ultranationaliste et demeurent souvent impunis. Dans un document diffusé par Tag Meir, sont indiqués les noms de quelques « douzaines d’arabes victimes de crimes de haine », exclusivement parce qu’ils avaient un aspect arabe et/ou parce qu’ils avaient osé parler arabe. « Ces personnes – indique le document de Tag Meir – s’ajoutent aux centaines de victimes des attaques du « prix à payer » advenues en Cisjordanie et en Israël, lesquelles ont intéressé cinq maisons habitées incendiées au cours des deux dernières années, 44 lieux de culte livrés aux flammes et/ou objet d’actes de vandalisme depuis décembre 2009, des arbres déracinés et des centaines de voitures endommagées. En outre, on se souviendra des homicides atroces du nouveau-né de la famille Dawabsheh et de Mohammed Abu Khdeir (brûlés vifs NDR) ». Le document de Meir Tag rappelle également la montée en puissance des groupes extrémistes juifs qui incitent à la haine ethnique et religieuse, tels que Lehava et La Familia, mais aussi l’incendie volontaire de l’école bilingue de Jérusalem et l’existence d’innombrables livres, articles et initiatives publiques qui alimentent le fanatisme au travers des réseaux sociaux, y compris les performances du rappeur israélien Yoav Eliasi, connu sous le nom de « The Shadow ». (GV) (Agence Fides 24/05/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network