AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Retour à la maison du Père d’une missionnaire slovaque blessée dans une fusillade routière

samedi, 21 mai 2016 martyrs  

Soeur Veronica Rackova

Juba (Agence Fides) - Sœur Veronica Rackova, religieuse des Sœurs missionnaires de l’Esprit Saint (SSP), missionnaire slovaque grièvement blessée dans le cadre d’une embuscade routière au Soudan du Sud le 16 mai dernier est retournée à la maison du Père.
La religieuse a expiré le 20 mai au Nairobi Hospital (Kenya) où elle avait été transportée immédiatement après avoir été touchée dans le cadre d’une fusillade.
Selon les nouvelles parvenues à l’Agence Fides, autour de minuit, le 16 mai, Sœur Veronica Rackova a reçu un appel à l’aide urgent d’une femme qui était sur le point d’accoucher dans des conditions difficiles au centre sanitaire qu’elle dirigeait, le St Bakhita’s Medical Centre de Yei. La religieuse a accompagné avec une ambulance la patiente au Harvester’s Health Center, une structure mieux équipée pour assister les femmes en travail et les nouveaux-nés. Sur le chemin du retour, elle a été touchée par des tirs d’hommes armés, probablement des militaires de l’Armée de libération du peuple soudanais (SPLA, ancien mouvement de guérilla devenu parti aux affaires après l’indépendance du pays, en 2011).
La religieuse était seule au moment des faits parce que le chauffeur était retourné chez lui. Sœur Veronica Rackova a subi de graves blessures à la hanche, à l’intestin et aux organes internes.
Immédiatement secourue, elle a été transportée à Nairobi à cause de la gravité de ses lésions.
Sœur Veronica Rackova avait 58 ans. Depuis 6 ans, elle oeuvrait au Soudan du Sud, après avoir prêté service au Ghana.
Les obsèques de la religieuse auront lieu le 26 mai.
Trois militaires de la SPLA ont été arrêtés en relation avec la mort de la religieuse. Le Secrétaire général du Diocèse de Yei, le Père Emmanuel Sebit, estime que la mort de la religieuse est due à « un incident tragique qui a choqué l’ensemble de la nation ». Le Père Sebit a expliqué qu’à cause des célébrations du 30ème anniversaire de la fondation de la SPLA, la zone est fortement contrôlée par les militaires. La religieuse pourrait avoir passé un barrage improvisé et peut-être les militaires ont-ils ouvert le feu sans respecter les procédures de contrôle et de vérification des véhicules. (L.M.) (Agence Fides 21/05/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network