AFRIQUE/BURKINA FASO - Avertissement de l’Evêque de Tenkodogo à propos du phénomène des mariages précoces

vendredi, 20 mai 2016 mineurs  

Carsten ten Brink

Rome (Agence Fides) – Comme tous les jeunes Diocèses, celui de Tenkodogo, au Burkina Faso, connaît de nombreuses difficultés, surtout du fait de la dimension du territoire qui lui a été confié. « A Tenkodogo, de nombreuses structures de base, telles que des dispensaires et des écoles, font défaut, mais le phénomène des mariages précoces est l’une des plus graves plaies qui afflige la population de mon Diocèse, plaie à laquelle il faut remédier immédiatement » raconte à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Prosper Kontiebo, premier Evêque des Missionnaires camilliens, MI (voir Fides Fides 13/02/2012).
« Les fillettes sont destinées, dès avant leur naissance, à se marier et leurs parents, une fois nées, les empêchent d’aller à l’école pour éviter qu’elles n’aient des contacts extérieurs. Il s’agit d’un problème très sérieux. Pour aider cette strate de la population, nous avons actuellement à l’étude la constitution d’un collège qui serve également de maison d’accueil pour ces fillettes, et dans lequel il serait possible de leur garantir, outre à une instruction, une véritable libération de cet esclavage auquel elles seraient autrement destinées » conclut l’Evêque. (AP) (Agence Fides 20/05/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network