AMERIQUE/CHILI - Déclarations du Vicaire apostolique d’Aysen sur les suites de la crise de Chiloé

vendredi, 13 mai 2016 environnement   politique   evêques   catastrophes naturelles  
S.Exc. Mgr Luigi Infanti della Mora O.S.M.

S.Exc. Mgr Luigi Infanti della Mora O.S.M.

Aysén (Agence Fides) – « La crise dans la région de Los Lagos présente un projet de pays toujours plus remis en discussion parce que le développement de ce système social, essentiellement néolibéral, au lieu de produire de la croissance cause actuellement des dommages à la maison commune dans laquelle nous vivons » affirme le Vicaire apostolique d’Aysen, S.Exc. Mgr Luigi Infanti della Mora O.S.M., dans une déclaration intitulée « Chiloé, la mer a été tuée », qui se réfère à la crise sociale et environnementale que traverse actuellement la zone (voir Fides 10 et 11/05/2016).
Dans le document parvenu à Fides, l’Evêque affirme : « Encore une fois, une explosion sociale dans le sud du Chili : hier à Magallanes et Aysen, aujourd’hui à Chiloé et dans la région de Los Lagos. Ces faits ne constituent pas un hasard. Ils ont une cause et des responsables. Ils sont les effets d’un modèle de développement et d’industrialisation planifiés pour exploiter les ressources naturelles du sud et de tout le Chili. La terre, l’eau, la mer ont été privatisés, parce que, auparavant, avaient été privatisées les consciences et l’organisation sociale, chose dont nous continuons à subir les conséquences aujourd’hui ».
L’Evêque dénonce « une exploitation exagérée des ressources » qui sont remises « aux grandes multinationales qui cherchent seulement leur propre bénéfice, laissant une région morte ». « Celle de Chiloé n’est pas seulement une crise environnementale mais également de nature morale. Si un type de travail endommage l’environnement dans lequel nous vivons, la maison commune dans laquelle nous vivons, il porte préjudice à notre vie, à notre culture, à notre tradition, qui constituent la grande richesse dont nous disposons et il blesse gravement la dignité des personnes et de la population. Ceci est la mort. Piller notre environnement consiste à nous blesser gravement » a-t-il conclu.
Hier, ont eu lieu des manifestations en faveur de Chiloé à Valparaiso, organisées par les étudiants, et à Puerto Mont, à laquelle ont participé environ 3.000 personnes. Le gouvernement n’a pas accueilli la requête concernant la nomination d’un délégué présidentiel chargé de cette affaire et a confirmé le Ministre de l’Economie, Cespedes, comme seul intermédiaire du gouvernement. La presse scientifique internationale signale le phénomène de la « marée rouge » comme étant dû à la reproduction d’algues nocives, la plus importante de l’histoire de l’Amérique du Sud et la deuxième au monde en termes de gravité. (CE) (Agence Fides 13/05/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network