AFRIQUE/RD CONGO - Déclarations de l’Evêque de Kilwa-Kasenga sur l’absence de mercenaires sur le territoire de son Diocèse

jeudi, 12 mai 2016 elections   groupes armés   evêques  

Kinshasa (Agence Fides) – « Il n’existe aucun camp d’entraînement ni aucun mercenaire sur le territoire du Diocèse de Kasenga ». S.Exc. Mgr Fulgence Muteba Mugalu, Evêque de Kilwa-Kasenga, dans l’ancienne province du Katanga, au sud de la République démocratique du Congo, est formel en ce qui concerne le démenti des accusations lancées par la justice congolaise. Selon cette dernière, l’ancien gouverneur du Katanga et principal candidat d’opposition aux élections présidentielles, Moïse Katumbi, aurait recruté des mercenaires pour déstabiliser le pays (voir Fides 10/05/2016).
« Les accusations concernant la présence de mercenaires dans mon Diocèse constituent une affirmation grossière » a déclaré Mgr Muteba Mugalu dans le cadre d’un entretien télévisé.
Dans un autre entretien, paru dans la presse et dont le texte est parvenu à l’Agence Fides, l’Evêque de Kilwa-Kasenga affirme : « A ma connaissance, il n’y a pas d’étrangers à Pweto, ni à Kasenga, ni à Kilwa et non plus à Kashobwe. Les seuls étrangers que je vois, ce sont des exploitants forestiers qui ravagent notre forêt. Je n’ai jamais hébergé des étrangers, ni de Rambo, ni de Ninja et de rangers sud-africains ».
« Chaque fois qu’il y a un problème de sécurité, nous savons le signaler à qui de droit – a poursuivi Mgr Muteba Mugalu. Nous avons tant de soldats disséminés partout, on n’a jamais entendu un affrontement entre nos soldats et des éventuels miliciens. C’est une histoire inventée de toutes pièces et une espèce de fiction » a-t-il conclu.
Entre temps, la Cour constitutionnelle a établi que le Président sortant, Joseph Kabila, restera en fonction y compris après la date de la fin de son mandat, le 19 décembre prochain, dans le cas où les élections devaient être reportées. La date de celles-ci n’a pas encore été établie et l’opposition craint que le Président sortant ne puisse prolonger ainsi son mandat bien au-delà de l’échéance de ce dernier. (L.M.) (Agence Fides 12/05/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network