AFRIQUE/RD CONGO - Défense du principal candidat de l’opposition concernant des accusations relatives au recrutement de mercenaires

mardi, 10 mai 2016 elections  

Kinshasa (Agence Fides) – Le principal candidat de l’opposition aux prochaines élections présidentielles en République démocratique du Congo, Moïse Katumbi, a été accusé d’avoir recruté des mercenaires étrangers pour déstabiliser le pays. Moïse Katumbi a été interrogé hier, 9 mai, pendant sept heures par la magistrature de Lubumbashi, chef-lieu de l’ancienne province du Katanga – récemment subdivisée en quatre régions – de laquelle il a été gouverneur pendant des années.
Le 4 mai, Moïse Katumbi a annoncé avoir accepté l’offre du regroupement des partis d’opposition unis sous le sigle G7 d’être candidat aux élections présidentielles (voir Fides 31/03/2016) qui devraient se tenir à la fin de cette année mais dont la date n’a pas encore été fixée (voir Fides 06/05/2016).
Tant l’ancien gouverneur du Katanga que l’opposition dénoncent l’enquête concernant le présumé recrutement de mercenaires étrangers comme une manœuvre politique de la part de la majorité présidentielle visant à délégitimer le principal candidat à la présidence. Le Chef de l’Etat sortant, Joseph Kabila, ne peut se représenter aux élections présidentielles, ayant recouvert le nombre maximum des deux mandats prévus par la Constitution. Les difficultés faites à la tenue des élections présidentielles et parlementaires font craindre à l’opposition et à la société civile que le Président sortant ne tente de prolonger son séjour au pouvoir.
Les accusations faites contre Moïse Katumbi ont également des conséquences dans les rapports du pays avec les Etats-Unis. Selon les accusations en effet, la majeure partie des présumés mercenaires recrutés par Moïse Katumbi seraient d’anciens militaires américains. Quatre gardes du corps privés de Moïse Katumbi ont été arrêtés sous l’accusation de faire partie du groupe de mercenaires en question et parmi eux se trouve un citoyen américain.
L’administration américaine a décidé d’envoyer à Kinshasa une délégation conduite par l’Envoyé spécial du Président Obama pour la région des Grands Lacs, Tom Perriello. (L.M.) (Agence Fides 10/05/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network