ASIE/TURQUIE - Prix européen pour l’église arménienne apostolique de Diyarbakir, confisquée par le gouvernement

vendredi, 6 mai 2016 minorités religieuses  

Wikipedia

Diyarbakir (Agence Fides) – L’église arménienne apostolique Saint Cyriaque de Diyarbakır a reçu un prix de la part de l’Union européenne pour sa récente restauration, mais la cérémonie de remise du prix et de pose de la plaque commémorative du prix ne pourront avoir lieu dans le lieu de culte, qui, depuis mars dernier, a été confisqué par les autorités militaires turques pour des motifs de sécurité, tout comme les autres églises présentes dans le centre ville.
Des sources turques, consultées par l’Agence Fides, indiquent que le prix de l’Union européenne pour le patrimoine culturel a été décerné à l’église arménienne apostolique Saint Cyriaque pour l’excellente réussite des travaux de restauration qui l’avaient ramenée à son antique splendeur. Les travaux, soutenus par les communautés arméniennes apostoliques de toute la Turquie, avaient également représenté un moment significatif de réconciliation entre les différentes composantes de la population et de collaboration avec les autorités locales.
L’église arménienne apostolique de Diyarbakır est la plus grande du Proche-Orient. Son clocher majestueux peut être vu de tous les coins de la ville et vient remplacer l’original, détruit au canon en 1914.
A la fin du mois de mars, le gouvernement turc a placé sous séquestre une vaste zone de la ville située sur les rives du Tigre, dans le cadre des opérations militaires menées dans le sud de la Turquie contre les positions du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).
Au sein de la zone urbaine séquestrée se trouvent toutes les églises présentes à Diyarbakir. Outre celle de Saint Cyriaque, sont également présentes l’église chaldéenne Saint Serge, l’église arménienne catholique, l’église syriaque dédiée à la Très Sainte Vierge Marie et un lieu de culte protestant outre à plus de 6.000 habitations, situées en grande partie dans le centre historique de la ville. Déjà au moment de l’expropriation aucune église chrétienne de Diyarbakir n’était ouverte au culte. Au cours de ces dernières semaines (voir Fides 03/05/2016), alors qu’à Diyarbakir a été prolongé le couvre-feu proclamé par les autorités turques, se multiplient également les recours présentés par les représentants légaux des fondations liées aux communautés chrétiennes contre l’ordre d’expropriation urgent pris par le gouvernement. (GV) (Agence Fides 06/05/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network