ASIE/BANGLADESH - Longue série d’homicides ciblés

mardi, 26 avril 2016 eglises locales   violence   islam   terrorisme  

facebook

Dacca (Agence Fides) – « Nous sommes conscients et préoccupés mais pas alarmés. Les groupes fanatiques sèment actuellement la mort mais nous espérons que le gouvernement parviendra à les contrôler. Les activités pastorales et sociales de l’Eglise se poursuivent ». C’est ce que déclare à Fides l’Evêque auxiliaire émérite de Dacca, aujourd’hui professeur au Grand Séminaire de la ville, S.Exc. Mgr Theotonius Gomes, alors que, ces derniers jours, deux nouveaux homicides ciblés ont eu lieu dans le pays. Les victimes des attaques des groupes fondamentalistes islamiques au Bangladesh ont été Xulhaz Mannan, 35 ans, journaliste et éditeur de la revue Roobpaan – qui s’occupe au niveau national des problèmes des « droits » des homosexuels et des transgenres – tués à Dacca en compagnie d’un ami, et le Pr. Rezaul Karim Siddiquee, universitaire assassiné quant à lui à Rajshahi.
La police a suivi la piste d’une attaque de militants islamiques, similaire à celles intervenues par le passé contre des auteurs de blogs et des intellectuels « laïcs ». Une personne a été arrêtée dans le cadre de l’enquête concernant le meurtre du Pr. Hafizur Rahman, responsable de l’Islami Chhatra Shiibir, aile étudiante du parti islamiste radical Jamaat-e-Islami. Le meurtre de l’enseignant avait été revendiqué par le prétendu « Etat islamique ».
« La situation est complexe. Il existe des groupes islamiques locaux qui maintenant se réfèrent au prétendu « Etat islamique » et cherchent d’exploiter la marque, en rapport avec ce qui se passe au Proche-Orient » explique l’Evêque à Fides. En ce qui concerne la situation des chrétiens qui, dans le pays, représentent au total 1% environ de la population soit 1,6 millions de personnes sur 160 millions, il déclare : « Nous procédons avec prudence et attention. Nous sommes conscients de la situation mais nos activités pastorales, sociales et éducatives se poursuivent. Dans certains cas, le gouvernement a mis en place un supplément d’escorte, élevant ainsi le niveau des mesures de sécurité nous concernant ». « La petite Eglise catholique au Bangladesh, qui compte environ 300.000 fidèles (0,2% de la population) poursuit sa mission, vivant dans la prière et la foi en Dieu » explique-t-il.
La semaine passée, le prétendu « Etat islamique » a également revendiqué la responsabilité de l’homicide d’un pasteur dans le nord du pays, Hossain Ali, 65 ans, qui s’était converti au Christianisme à partir de l’islam en 1999. L’an dernier, quatre auteurs de blogs avaient été tués en tant que qualifiés d’athées du seul fait qu’ils étaient partisans d’un Etat laïc et démocratique. En février, un prêtre hindou avait été tué dans le nord-ouest du pays. L’an dernier, le Père Piero Parolari, missionnaire italien, avait été blessé alors que le coopérant Cesare Tavella et un ressortissant japonais avaient été tués. (PA) (Agence Fides 26/04/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network