AMERIQUE/PANAMA - Poursuite du drame des 2.500 cubains bloqués à la frontière

vendredi, 22 avril 2016 mineurs   réfugiés   politique   pauvreté  
Cubains bloqués à la frontière

Cubains bloqués à la frontière

David (Agence Fides) – « Du 6 au 18 avril, nous avons visité en tant que Pastorale Sociale – Caritas Panama, avec des délégués de la Caritas de David, les centres où se trouvent les migrants cubains de Paso Canoas. Là, se trouvent plus de 2.000 personnes dans l’attente de continuer leur voyage pour les Etats-Unis ». Ainsi débute la note envoyée à Fides à propos de la visite de la Pastorale Sociale – Caritas Panama aux centres d’accueil où se trouvent actuellement rassemblés les migrants cubains.
Le problème des migrants cubains en Amérique centrale dure depuis l’an dernier (voir Fides 25/11/2015), lorsque plus de 7.000 cubains privés de documents d’identité qui entendaient rejoindre les Etats-Unis furent bloqués dans les pays d’Amérique centrale (voir Fides 28/12/2015).
La note envoyée à Fides poursuit : « Au mois de janvier, un accord avait été trouvé avec le Mexique portant sur l’organisation d’un pont aérien, grâce auquel 1.300 migrants sont parvenus à partir en direction des Etats-Unis. Toutefois, chaque jour, 50 nouveaux émigrants cubains arrivent à Panama en provenance de Colombie et d’Equateur. En ce moment, environ 2.500 migrants campent encore à la frontière avec le Costa Rica, dont des femmes enceintes et 80 enfants de moins de 12 ans. Les centres se trouvent sous la responsabilité du Service national de frontière (SENAFRONT), qui garantit la sécurité et la nourriture, avec l’aide de la Croix Rouge panaméenne et du Bureau national et diocésain de la Pastorale Sociale – Caritas ».
Afin que les enfants puissent boire du lait au moins trois fois par semaine, il faut disposer de 700 litres de lait par mois. « Les couches jetables pour les nouveaux-nés et la nourriture sèche font défaut, tout comme les protections féminines et les articles de toilette en général » souligne la note.
Une grande attente avait été suscitée par la réunion des responsables des migrations des pays d’Amérique centrale, intervenue le 12 avril. « Malheureusement, lors de cette réunion, aucun accord n’a été trouvé. De sorte que les cubains bloqués à la frontière n’ont pas de perspectives en ce qui concerne la poursuite de leur voyage en direction du nord » souligne le texte. « Nombreux sont ceux qui cherchent actuellement à survivre grâce à des travaux occasionnels et quelques aides provenant de parents se trouvant aux Etats-Unis. Ce calvaire dure depuis plusieurs mois et les ressources sont par suite presque épuisées, le désespoir allant croissant. Nous demandons la solidarité afin de soutenir ces frères » conclut la note. (CE) (Agence Fides 22/04/2016)



Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network